23 mars 2011

Laurent Fabius pour une baisse progressive de la part du nucléaire


Le député et ancien Premier ministre PS, Laurent Fabius, interrogé sur la catastrophe nucléaire au Japon, s'est prononcé vendredi sur Europe 1 pour "une baisse progressive de la part du nucléaire" en France, estimant qu'on ne "peut pas faire une confiance aveugle au nucléaire".
 "On ne peut pas faire une confiance aveugle au nucléaire, on ne peut pas du jour au lendemain passer du nucléaire à l'absence de nucléaire mais il faut une baisse progressive", a déclaré le député de Seine-Maritime.
Il a prôné en premier lieu "un réexamen général de l'état de toutes nos centrales et des conditions de sécurité, ce qui devrait conduire en particulier pour Fessenheim à aller vers la fermeture". "A plus long terme", a-t-il poursuivi, "il faut une baisse progressive de la part du nucléaire et un développement des énergies renouvelables".
Laurent Fabius a également jugé nécessaire après la catastrophe au Japon un "contrôle mondial du nucléaire", proposant que la France prenne une initiative en ce sens dans le cadre du G20.
"Toutes les catastrophes nucléaires sont des catastrophes mondiales, donc il faut absolument qu'on passe à une organisation, à un contrôle mondial du nucléaire" a-t-il assuré.
 
 

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Je constate avec plaisir que Laurent Fabius reprend l'idée que j'avais développée dans un billet du 15 mars : le nucléaire est un sujet "transnational".
La preuve, on ne peut empêcher un nuage radioactif de tourner autour de la terre, aussi balloté par les vents que le sont les candidats PRG locaux par les divers courants politiques.

PR

Denis a dit…

En 2007, Ségolène Royal, candidate, s'était engagé sur la réduction du nucléaire à 50% de la production d'électricité d'ici 2020.

La sortie du nucléaire nous sera imposée par l'Europe.