26 octobre 2011

Une pétition de l'association des usagers de la gare de Val-de-Reuil


Communiqué de l'association des usagers de la gare de Val-de-Reuil : 

Le contexte : Depuis 30 ans, la gare de Val-de-Reuil qui sert à tous les habitants, à toutes les communes de la CASE est inadaptée peu accueillante, dans un état d’abandon extrême. C’est à ses usagers qui vivent cette situation au quotidien  qu’il faut penser en priorité. Or, la rénovation, de cet équipement avait été oubliée par ceux qui auraient dû s’en occuper. Poursuivant sa dynamique de renouvellement urbain, Val-de-Reuil et ses élus, voici trois ans, ont donc pris à bras-le-corps ce dossier. Aujourd’hui, il est en train d’aboutir. La gare sera rénovée en 2012-2013.

Le rebondissement : Aujourd’hui, le président de la CASE, alors que le but est proche et au risque de faire fuir les partenaires, les crédits, les bonnes volontés, de faire subir aux usagers un report des travaux de plusieurs années, voire de les empêcher, s’en prend à ceux qui ont permis que démarre le processus de rénovation et plutôt que l’intérêt général n’écoute que sa rancœur, son amertume, sa jalousie. C’est dommage et on attendait autre chose d’un élu qui est aussi maire de Louviers depuis près de deux décennies, ancien conseiller général et désormais conseiller régional. 
 
 L’objectif : Ce n’est pas parce que le Président de la CASE ne parvient pas à se sortir de sa « guerre » menée depuis 25 ans contre la ville nouvelle qui lui a pourtant apportée richesses et emplois, contre ses deux maires, contre ses élus successifs, qu’il doit prendre en otage un projet attendu qui améliorerait le confort des voyageurs et qui renforcerait la desserte donc l’attractivité du territoire. Il faut, comme prévu, que la rénovation de la gare démarre au plus vite. Nous n’en avons que faire des querelles d’ego et de clochers. Nous le ferons entendre jusqu’à la Case s’il le faut !

Qui a fait quoi ? La vérité sur le dossier

1) La municipalité de Val-de-Reuil a obtenu du Président de la SNCF, en 2009, qu’il vienne pour la première fois sur place mesurer la situation (le dirigeant de la CASE n’a jamais eu la ténacité ou l’idée de le rencontrer; il n’a pas adressé un courrier à Guillaume Pépy).

2) La municipalité de Val-de-Reuil a obtenu en 2010 que la gare ne soit pas détruite, transformée en une simple halte, comme le voulait la SNCF (le dirigeant de la CASE n’a rien dit ni fait à l’époque pour s’opposer à cette menace de disparition.)

3) Le Maire de Val-de-Reuil a participé depuis deux ans, à toutes les réunions de travail convoquées, sur place ou à Paris, par la SNCF et s’est engagé à instruire rapidement le permis de construire qu’elle voulait déposer (le président de la CASE, qui dit ne pas avoir été convié à ces séances de travail, s’est-il seulement soucié auprès de la SNCF de leur existence ? Le rôle d’un élu n’est pas d’attendre mais d’agir. Le numéro de téléphone de la directrice de Gares et Connexions, qui –coïncidence- suivait autrefois les cours de droit de Marc-Antoine Jamet, est dans l’annuaire).

4) Avec le soutien décisif du Président Le Vern, le Maire de Val-de-Reuil a convaincu la région, dont il est Vice-président aux Finances, mais aussi la SNCF (dont l’ancienne présidente Mme Idrac engagea la parole de l’entreprise sur ce point non en secret mais dans une séance publique du conseil régional en 2008) et RFF, de financer ce projet de près de 7 millions d’€ (alors qu’il fait financer par les contribuables intercommunaux les 20 millions d’une piscine le dirigeant de la CASE ne finance pas le bâtiment et ne verse pas les 300.000 € symboliques que lui demande la région pour partager le coût de l’accessibilité).

5) La Municipalité de Val-de-Reuil pour améliorer la sécurité du parking a, par ses seuls crédits, crée 100 places nouvelles de stationnement (pour un total de 320) en 2010 et accru l’éclairage public sur le conseil du Maire d’Andé, ce qui explique le nouvel afflux de véhicules. (La CASE n’a pas participé à aucune de ces améliorations d’urgence. Son dirigeant veut, ce qui coûterait aussi cher que la rénovation de la gare elle-même estimée à 3,2 millions d’euros, créer pour un coût de 3 millions d’euros 16 places nouvelles de stationnement en laissant l’éclairage à la charge de la ville la CASE)Ajoutons que si le parking est parfois plein, c'est bien à cause de la "désynchronisation" bus/trains qui décourage les usagers et relève de la CASE.

6) Le Maire de Val-de-Reuil a obtenu la promesse du Président Le Vern que les agents de guichet seraient maintenus et que ce point soit placé au centre de la convention entre la région et la SNCF (le Président de la CASE s’est aperçu de ce problème qui est la conséquence d’une politique nationale de l’entreprise et qui n’a rien à voir avec la rénovation voici un mois, mais aux PV –publics- des réunions du comité de pilotage de la Gare il n’y a toujours que les représentants de Val-de-Reuil qui s’y opposent).

7) Le Maire de Val-de-Reuil a obtenu que l’accès des personnes à mobilité réduite, mais aussi des autres usager,  soit enfin garanti par des ascenseurs dans la gare et sur les quais dont la capacité de transport est de 800 kilos à 1 tonne, soit douze personnes par rotation (le Président de la CASE est partisan de placer des escalators sur les quais ce qu'il est techniquement impossible, répètent tous les experts du dossier, d’installer compte tenu de leur étroitesse et retarderait la rénovation. La ville et la région lui ont proposé d’installer un escalier mécanique pour monter du bâtiment à la passerelle s’il voulait bien au moins financer cet équipement).

8) La municipalité de Val-de-Reuil a pris la décision de placer les ateliers municipaux à côté de la Gare pour qu’elle soit moins isolée. Ils ouvriront en 2012 (le Président de la CASE qui lui reproche a placé ses propres ateliers au milieu de la zone des lacs qui est inhabitée).

Devant cette attitude dévastatrice, il est craindre que la SNCF et la Région abandonnent le projet de rénovation, avec l’association des usagers de la gare de Val-de-Reuil, signez cette motion de soutien pour une rénovation réaliste, rapide et réussie de la gare.

Signez la pétition sur :   


Contact  : bernard-cancalon@wanadoo.fr

2 commentaires:

Anonyme a dit…

J'ai signé la pétition. Le président de l'agglo, en lançant la sienne, joue contre son camp, simplement pour contrer Marc-Antoine Jamet. Il veut un escalator. Mais les usagers du métro et des grandes gares parisiennes savent qu'ils sont souvent en panne. Et un ascenseur est quand même beaucuop plus pratique pour les personnes en fauteuil roulant. Que les élus continuent à tergiverser, ça fait le jeu de la SNCF et de RFF, qui ne feront aucun aménagement pour l'amélioration du confort des usagers.
François Charmot

Sylvia Mackert a dit…

Je pense que la pétition devrait s'adresser à la SNCF et pas maire contre maire. Ce sont eux les propriétaires, non ?
Les deux maires devraient s'unir au lieu de s'opposer l'un à l'autre.