18 février 2011

Solferino 2012 : Un groupe de députés se déclare prêt à soutenir Martine Aubry

Dominique Strauss-Kahn est l'invité du journal de France 2 dimanche soir. En tant que directeur du Fonds monétaire international, il aura certainement bien des précisions à apporter suite à la réunion des ministres des finances du G 20 et des responsables des grandes banques centrales. Il en profitera certainement pour répondre aux accusations de ceux qui le classent plus à droite qu'à gauche et assurent qu'il est chargé de faire le sale boulot.

Les membres du PS dont je suis attendent avec impatience les réponses à certaines de leurs questions : DSK a-t-il réformé en profondeur le FMI ? Cet organisme est-il le père fouettard des économies en difficulté ? La politique du FMI est-elle synonyme de plus de chômage, plus de précarité, plus de déréglementation ? En un mot : le FMI est-il resté l'outil d'oppression qu'il a été ?

Pendant que DSK côtoie les grands de ce monde et joue au chef d'Etat qu'il pourrait devenir, il est des députés PS de base qui s'organisent. S'organiser veut dire constituer un groupe appelé à se retrouver assez souvent d'ici l'été (et même après peut-être) pour qu'on n'oublie pas Martine Aubry, son travail à la tête du PS, son efficacité, ses bons résultats et sa méthode. Qui dit groupe dit groopie ? Pas exactement. Disons que plus d'une cinquantaine de députés socialistes cherchent à se montrer prévoyants et ne veulent surtout pas être pris au dépourvu si DSK décidait finalement de ne pas concourir aux primaires à gauche.

Ce qu'il faut retenir de cette démarche est fort simple : Martine Aubry ferait une excellente candidate à l'élection présidentielle et elle ne manquerait pas de soutiens avertis si tel était le cas. L'improvisation ne sied pas à une campagne présidentielle digne de ce nom et digne des Français. Ce groupe n'a pas encore de nom officiel. Disons qu'il pourrait s'inspirer de celui d'une célèbre bataille gagnée par les troupes françaises en Italie au I9e siècle et d'une rue de Paris où se situe le siège du Parti socialiste : Solferino 2012 sera la bataille décisive pour la gauche !

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Mon commentaire est totalement désintéressé puisque je ne suis pas socialiste.
Mais j'attache une importance fondamentale à la notion d'honnêteté
intellectuelle.
Dire que DSK est socialiste, c'est comme si on disait que Benoît XVI est pour la liberté des moeurs et le mariage gay, c'est une absurdité, un non-sens.
Je conçois que, pour un socialiste honnête, Martine Aubry puisse apparaître comme la meilleure candidate, disons la candidate naturelle.
Ma préférence personnelle, si j'étais socialiste, irait vers François Hollande, un homme brillant, fidèle et énergique qui a, malheureusement, du mal à "se vendre".
Et un type qui a un humour extraordinaire, je l'ai "vu à l'oeuvre" dans ma jeunesse.

PR

Anonyme a dit…

C'est la seule qui parle encore de représenter le peuple. S.Royal est plus égoïste, il me semble, elle "incarne" etc et ramène tout à sa personnalité. Et DSK trop absent de France.
F Hollande, cela fait longtemps que je l'ai entendu ou vu, mais pourquoi pas.

Sylvia Mackert