4 mai 2012

Qui sont ces économistes qui appellent à voter pour Nicolas Sarkozy ?


« Des économistes appellent à voter pour Nicolas Sarkozy ». C’est le titre d’un court article publié dans Les Échos et dont voici le contenu. « Vingt économistes, dont Philippe Trainar, Philippe Chalmin, Éric Chanay, Bernard Belloc, Philippe Mongin, etc. publient une tribune en faveur de Nicolas Sarkozy dans Le Monde du Jeudi 3 mai. Une initiative qui survient après la tribune publiée précédemment en faveur de François Hollande par 42 économistes. Depuis cinq ans, « la réforme a cessé d'être un slogan vide », écrivent-ils pour justifier leur soutien au président actuel, et « la France de 2012 est beaucoup mieux adaptée que celle de 2007 aux exigences de la construction européenne et de la mondialisation ». Pour le prochain quinquennat, ils jugent le candidat de l'UMP plus apte à poursuivre les « réformes pour respecter la discipline de l'euro et affronter la concurrence mondiale » et saluent sa volonté de réduire le poids des dépenses publiques ».

Arrêtons-nous sur l’un d’entre eux parmi les plus médiatiques : Philippe Chalmin. Économiste néoclassique, euphémisme pour dire qu’il est ultralibéral, c’est un spécialiste du marché mondial des matières premières. Consultant auprès de la Banque mondiale et membre du Conseil d’analyse économique auprès du Premier ministre en 2006, professeur à l’université Paris-Dauphine, il est de surcroît un lobbyiste pro-nucléaire très actif. C’est dans ce contexte qu’il nous a été donné de le rencontrer. En juin 2011, il était l’un des deux spécialistes, invités par une banque mutualiste soucieuse comme elles le sont toutes à présent de développement durable, banque qui a fait du vert sa couleur emblématique. C’était à l’occasion d’une conférence-débat dont le sujet était : « Quelles énergies pour demain ? Et quels bouleversements pour notre société ? ». Le second était Jacques Foos, professeur honoraire au CNAM, titulaire de la chaire de « rayonnements, isotopes et applications », qui, à ce poste, a formé des centaines d’ingénieurs œuvrant dans le domaine du nucléaire. Voici, sous forme d’extrait, les observations que leur intervention nous inspira. Elles furent consignées dans le compte-rendu détaillé que nous fîmes de cette conférence-débat et que nous n’avons à ce jour jamais publié. Mais puisque Philippe Chalmin nous fournit la raison d’en parler, pourquoi s’en priver ?

« Le seul énoncé de leurs titres me fit présager la teneur des propos que j’allais par la suite entendre. Nous étions juste trois mois après la catastrophe de Fukushima. Au-delà du contenu de leur discours sur lequel nous reviendrons, des constats qu’ils ont posés et des arguments qu’ils ont développés, trois points précis m’ont interpellé sur lesquels je voudrais d’abord faire quelques observations.

-       Le premier, c’est la prétention affirmée de Jacques Foos dont toute la vie a été vouée au nucléaire – ce qui est éminemment respectable et dont nous ne saurions lui faire grief –, à se présenter en tant qu’expert de la question de l’énergie nucléaire, comme un esprit indépendant, c’est-à-dire à ne pas assumer sa position partisane à l’égard de cette industrie, au demeurant parfaitement compréhensible. Cet homme avance donc masqué. De ce point de vue, les choses ont été plus claires avec Philippe Chalmin qui lui, a ouvertement affiché ses positions ultralibérales.

-       Le second, ce sont les certitudes dans lesquelles ces belles personnes sont murées. Toute leur réflexion prospective est basée sur la prise en compte d’un système qui est et ne peut être de tous temps, selon eux, que le prolongement du modèle économique libéral actuel. Ce modèle qui entend soutenir une croissance infinie dans un monde fini, et qui, pour cette raison, exige un développement exponentiel des besoins en énergie. C’est pourquoi il est, pour l’un et l’autre, totalement impossible de se passer du nucléaire dans l’avenir. Mais c’est aussi la foi aveugle et inébranlable qu’ont ces beaux esprits dans le progrès scientifique et technologique. Car, dans le brouillard où nous nous trouvons toutes et tous et la difficulté de faire des prévisions à un demi-siècle, toutes choses qui devraient nous rendre modestes, prudents et ouverts à la discussion, nos interrogations ne sont pour eux que peurs irraisonnées de petites gens. Comme fut la peur de l’an mil en quelque sorte. Pour l’un comme pour l’autre, la science et la technologie auront de toute façon d’ici là résolu tous les problèmes auxquels nous nous heurtons aujourd’hui. L’envolée lyrique de Philippe Chalmin, à un moment de son exposé, dans son credo selon lequel « l’homme a été créé pour dominer la nature et il en sera toujours ainsi » – vous lisez bien ! – fait froid dans le dos. Où sont à ce moment précis, les idéologues et les irresponsables ?

-       Le troisième enfin, c’est que j’ai toujours été étonné que des gens intelligents et brillants comme ils le sont tous deux, éprouvent cependant la nécessité de traiter avec arrogance, suffisance et mépris – derrière lesquels chez Philippe Chalmin affleure assez souvent la haine –, tout ce qui n’est pas dans leur ligne de pensée et toutes celles et ceux qui d’une façon ou d’une autre s’opposent à leur vérité posée comme un dogme : qu’ils soient scientifiques, intellectuels, écologistes, altermondialistes, partis politiques, etc. Ces gens, conscients d’appartenir à l’élite, ont de toute évidence une aversion pour la démocratie et un mépris sidérant autant pour « les politiques » quels qu’ils soient – de gauche n’en parlons même pas, mais aussi de droite –, que pour le peuple. Et dans le mépris qu’ils dispensent avec force générosité, le ridicule est très souvent leur arme préférée. Faire passer toutes celles et ceux qui ne pensent pas comme vous pour des archaïques, des attardés, des demeurés, des imbéciles ou des bornés, cela ne vous rappelle t-il pas quelqu’un de notre petit univers lovérien ? Et lorsqu’on croit pouvoir prendre le public à témoin et lui dire cela sur le ton de la confidence complice – sous-entendu, voyez, nous sommes du même monde –, quel plaisir exquis ! »

Revenons maintenant à la prestation de Philippe Chalmin. Il se présenta, faussement modeste, comme un économiste n’y connaissant rien à la technique et pour laquelle il se reposait entièrement sur le savoir des scientifiques. Il commença tout d’abord, et pour faire bonne mesure, par fustiger le comportement des politiques. Il stigmatisa leur lâcheté après le drame de Fukushima pour la reculade de beaucoup sur la question du nucléaire. D’une phrase, il exécuta ensuite les « quelques agriculteurs attardés vaguement écologistes qui s’en prennent en France aux gaz de schiste comme ils s’en prenaient hier aux OGM ». Le ton était donné. Le nom de José Bové fut même prononcé comme s’il s’agissait du diable en personne. L’auditoire en frémit.

Il constata, et c’est le moins qu’on puisse faire, qu’à la question environnementale s’est ajoutée la contrainte climatique. Il brossa d’abord un état très complet et quantifié des ressources énergétiques et la part qu’elles ont dans le monde. 85% sont d’origine fossile contre seulement 6% d’origine nucléaire, 3% d’origine hydraulique et enfin 6% sont des énergies renouvelables. Toujours selon lui, nous en sommes aujourd’hui au 3ème choc pétrolier doublé d’une crise de l’énergie et des matières premières. On peut retrouver ses propos dans les différentes chroniques dont il abreuve les médias : il nie totalement le rôle qu’a joué la spéculation dans cette dernière crise, et ses responsabilités. « Les marchés ont toujours raison », ne cesse t-il d’affirmer partout. Contrairement à ces hurluberlus d’« Albert Jacquard et de Nicolas Hulot qui voudraient – horreur absolue –, la décroissance ». Quelques mots, point trop n’en faut, sur les économies d’énergies réalisables. Cependant, nous devons, nous les consommateurs, « payer le prix de la rareté et de la saleté ». Voilà la réalité. Pas un mot en revanche des profits record de Total, pour ne citer qu’eux.

Il parlera ensuite d’un de ses thèmes favoris : « la malédiction du pétrole », cette manne qui rendrait fous les peuples et ne provoquerait partout que souffrance et misère. Pour l’exemple, il mettra d’une phrase dans le même sac le libyen Kadhafi et le vénézuélien Chavez. Il omettra simplement d’expliquer pourquoi les ressources naturelles des pays en voie de développement, objets de toutes les convoitises, portent les guerres comme la nuée porte l’orage. Il ne dira évidemment pas comment les conflits sont la plupart du temps générés et entretenus par les pays occidentaux, impérialistes ou néo-colonialistes, leur permettant ainsi d’affaiblir les populations et de s’assurer le contrôle de leurs richesses. Quand il ne s’agit pas de maintenir au pouvoir un dictateur sanguinaire, oppresseur de son peuple et corrompu, pour les mêmes raisons.

Il reconnaîtra aussi « la saleté que sont les schistes bitumineux ». « Les éoliennes, c’est moche ! » affirmera t-il. C’est un peu court. La biomasse, c’est une piste intéressante à suivre. Pensez-donc ! Sur les 4 milliards de tonnes de déchets que produisent chaque année nos sociétés avancées, seul un milliard de tonnes est recyclé. L’or est dans nos poubelles. À Louviers, nous sommes bien placés pour savoir que certains l’ont déjà fort bien compris. Mais toutefois, il placera ses plus grands espoirs pour l’avenir dans les gaz de schiste qui devraient selon lui assurer à la France 60 ans d’indépendance énergétique. « Nous allons vivre un âge d’or du gaz naturel. Nous serions donc fous de nous en priver ». Et d’expliquer sommairement à l’auditoire ainsi rassuré ce qu’est réellement la technique de la fracturation hydraulique « qui – n’ayons aucune crainte –, sera strictement encadrée ». Il passera cependant soigneusement sous silence le cocktail nécessaire des quelques 500 ou 600 produits chimiques dangereux qu’il faut incorporer à l’eau injectée et qui constituent ensuite des boues hautement toxiques dont on ne sait que faire pour les éliminer. Il ne dira évidemment pas mot non plus des raisons qui poussèrent le gouvernement, préalablement au décret autorisant la prospection et distribuant les concessions - signé en catimini par le ministre Borloo juste avant son départ -, et sur le conseil avisé du tout puissant corps des ingénieurs des mines, les « spécialistes », à modifier le code minier afin de s’affranchir des enquêtes d’utilité publique et autres études d’impact, procédures d’un autre âge.

En conclusion, dira Philippe Chalmin, « il nous faut tous sortir de ces raisonnements primaires qui appartiennent aux anti-nucléaires, aux anti-gaz de schiste, aux anti-OGM. Ces gens là ne font ni plus ni moins que poursuivre le rêve fou des alchimistes ». À Louviers, nous savons pourtant que Veolia, au terme d’une savante alchimie, parvient à transformer l’eau en or. Je n’ai pas encore entendu dire qu’ils étaient des rêveurs fous.

À l’aide de ce seul exemple, on pourra se faire une idée plus précise de la personnalité de ces économistes qui appellent à voter pour Nicolas Sarkozy, et plus concrètement pourquoi ils le soutiennent. Pour ce qui est de Philippe Chalmin, on observera en outre la contradiction entre le discours aux accents populistes, distribuant avec générosité force mépris pour les hommes politiques, et l’action qui le conduit à soutenir publiquement la candidature du président sortant. Si, à gauche, beaucoup doutent aujourd’hui de la nécessité de recourir à la lutte des classes, en revanche, à droite, la solidarité de classe est une constante jamais démentie.

Reynald Harlaut
Parti de Gauche, membre du Front de Gauche

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Merci pour cet éclairage détaillé sur cet économiste. Je viens de l'entendre sur France info au sujet de l'exploitation des gaz de Schist en France, et je suis très remonté au sujet des propos qu'il a tenu, Faisons comme les états-unis qui misent tout sur cette technologie pour laquelle nous n'avons aucun recul et qui provoqueras dans les prochaines décennies un désastre écologique et sanitaire sans précédant, dont on commence déjà à mesurer et taire...les effets. Mais ces gens la s'en foutent puisque ce sont nos enfants et nos petits enfants qui en subiront les conséquences...du moment que ça rapporte, fermons les yeux et frottons nous les mains!Pour combler notre déficit commercial, et réduire notre dépendance vis à vis de l’extérieur, il y a d'autres solutions, les énergies renouvelables (éolien, solaire, géothermie et j'en passe), tant de pistes à explorer et à développer. Les coûts de production sont encore importants pour ces technologies nouvelles, mais baissent d'année en année. Un économiste qui s'affranchis de toute moralité, qui pense profits à court terme, qui prône la dérégulation totale menant à un monde dirigé en sous main par des institutions tel que Goldman Sachs (voir le fameux documentaire "Goldman Sachs : Les nouveaux maîtres du monde"). Le développement humain oui, mais pas n'importe comment (indice et stratégie)et à n'importe quel prix (notre avenir)!