5 février 2012

Guéant est un hérétique de la civilisation des droits de l'homme

L'exclusion à pas de Guéant. Après les nombreuses saillies limite racistes du ministre de l'Intérieur, après les circulaires sur les Roms, le discours de Grenoble, celui de Dakar, les nouvelles peines infligées aux étrangers, après l'autre circulaire relative aux étudiants non Français mais formés par notre université et nos grandes écoles et interdits de séjour pour cause de xénophobie ambiante, Guéant renouvelle ses provocations à la vaine recherche des voix des électeurs du Front national.

Devant des « étudiants » de l'UNI, ce syndicat de la droite extrême, connu pour ces slogans simplistes et ses campagnes d'affichage très sauvages, Guéant en a sorti une belle, hier, reprise par toutes les agences de presse et les blogs après que ses propos ont été vérifiés et authentifiés : "Contrairement à ce que dit l'idéologie relativiste de gauche, pour nous, toutes les civilisations ne se valent pas. Celles qui défendent l'humanité nous paraissent plus avancées que celles qui la nient…»
De deux choses l'une, ou Guéant ne connaît pas le sens du mot civilisation, ou il cherche à opposer la civilisation judéo-chrétienne, en un mot la civilisation occidentale, à celles qui ne le sont pas : la civilisation chinoise, la civilisation égyptienne, la civilisation pré-colombienne d'Amérique… et toutes les autres. La dictature qu'il invoque par ailleurs pour se justifier n'a jamais été synonyme de civilisation mais de système de gouvernement… un système dont nul n'est malheureusement protégé.

Depuis que Sarkozy a osé affirmer que « l'homme africain n'était pas assez entré dans l'histoire ou que le prêtre était de valeur supérieure à l'instituteur (1) » nous avons appris à nous méfier de ces grandes déclarations à l'emporte-pièce qui n'ont qu'un seul objectif : aller à la pêche aux voix des électeurs du Front national. Le drame, car il s'agit bien d'un drame, c'est que cette obsession de la division et de l'affirmation de la soi-disant supériorité de notre civilisation se fait au prix d'affirmations mensongères, de provocations haineuses et de divisions tragiques.

Quant un ministre de la République chargé de défendre, justement, notre civilisation conçue comme une référence de progrès, d'avancement, d'évolution positive, ose sortir des monstruosités pareilles, c'est la preuve d'une perte de valeurs, d'une volonté de provocation pouvant conduire à tous les excès. Guéant pourra toujours tenter de se protéger derrière l'écrivain Samuel P. Huntington auteur « du choc des civilisations » qui propose en effet de lire les civilisations, non pas sur leur projet politique mais plutôt sur leurs références religieuses. Décidément, tous les ministres de ne se valent pas. Nous avons eu Badinter hier, nous avons Guéant, aujourd'hui. Pauvre France.

Car Guéant plonge dans la caricature sans nuance, sans mise en perspective, sans aucune excuse philosophique. Le tout étant, une fois de plus de montrer du doigt l'Islam et les Musulmans « inférieurs » aux bons Chrétiens dont je rappelle qu'ils ont conduit (pendant plusieurs siècles) quelques croisades au nom de Dieu et fait perdurer l'inquisition contre l'hérésie. A sa manière Guéant est un hérétique des Droits de l'Homme. Au lieu d'unir il oppose, au lieu de rassembler, il divise. Au bucher ! (2)

(1) Discours dit du Latran prononcé devant le pape.
(2) Je blague.

1 commentaire:

alain lefeez a dit…

L’UMP est consciente que Sarkozy ne pourra pas gagner sur les questions sociales et économiques puisqu’il s’est grillé lui même. Pour cela, il faut faire diversion en ouvrant tous les dossiers pourris ayant trait à la sécurité, à la laïcité, à l'Islam, aux civilisations. Guéant a, depuis longtemps, plus que franchi la ligne jaune (ou brune). Le choix de la date pour son envolée d’hier n’est surement pas anodin, c’est le 4 février 1794 que pour la première fois fut proclamée par la Convention nationale, l’abolition de l’esclavage. J’y vois là une provocation supplémentaire.