4 octobre 2011

M-Real : François Loncle interpelle le gouvernement


François Loncle a interpellé, ce jour, le gouvernement sur la fermeture possible de l'usine M-Real.
« Décidément, Monsieur le Premier Ministre, l'industrie en France est à la peine.
M-real, groupe finlandais, possède une usine de pâte à papier et une autre de fabrication de papier situées en vallée de Seine, dans la commune d'Alizay. Ce site industriel vital pour l'axe Seine, l'un des projets du Grand Paris, est menacé de fermeture. Les salariés de l'entreprise, les syndicats, les élus du territoire se battent, depuis des mois, pour sauver ce qui était jusqu'alors un fleuron de l'économie régionale. Les pouvoirs publics sont intervenus, notamment la Préfète et le Commissaire à l'Industrialisation. Mais le groupe finlandais agit avec une absence totale de transparence. A la vielle d'une décision grave, deux groupes industriels, un français et un thaïlandais, et un groupe financier allemand, se sont manifestés pour une reprise du site. Monsieur le Premier Ministre, il est urgent que le Gouvernement mette tout en œuvre pour éviter la fermeture, faciliter et organiser la reprise, utiliser plus largement le fonds stratégique d'investissement et aider à la diversification du site, comme s'y est engagée la région Haute-Normandie. Ce sont 400 salariés et 500 autres en aval de l'entreprise qui sont concernés, menacés, mais qui espèrent encore.   
    
François Loncle
Député de l'Eure


1 commentaire:

Anonyme a dit…

L’information ne vaut que si elle est complète, en l’occurrence vous oubliez la réponse de l’Etat :


Monsieur le député, on peut être raisonnablement optimiste sur l'avenir de ce site qui nous a beaucoup mobilisés depuis de nombreux mois.
Vous avez bien voulu souligner l'action de Mme la préfète, qui réunit tous les quinze jours toutes les parties prenantes pour suivre l'évolution du dossier au jour le jour.
Nous avons saisi l'Agence française des investissements internationaux. Je crois qu'on peut considérer comme une bonne nouvelle ce que vous avez suggéré il y a un instant, à savoir que les offres qui ont été déposées sont en cours d'examen. Pour autant qu'on puisse le savoir, il semble que plusieurs soient sérieuses.
Avec mon collègue Bruno Le Maire qui, lui aussi, est très impliqué sur ce dossier, nous sommes en contact avec les dirigeants de M-Real. Je vois mal comment ce groupe pourrait porter la responsabilité de la fermeture du site en refusant une offre. Vous le savez, nous n'avons pas manqué de mettre ce groupe face à ses responsabilités. C'est pourquoi je vous disais à l'instant être raisonnablement optimiste.
Par ailleurs, avec Nathalie Kosciusko-Morizet et Bruno Le Maire, nous sommes mobilisés pour que se consolide la filière française du papier recyclé. Cela passe par la mobilisation de tous les acteurs, les collectivités locales, les collecteurs et les papetiers. Les repreneurs potentiels de cette usine savent quelle est notre action pour consolider cette filière, ce qui peut influer favorablement sur leur décision.
Vous le voyez, nous sommes mobilisés, à la fois pour l'avenir de ce site et pour la consolidation de la filière du recyclage. (Applaudissements sur plusieurs bancs du groupe UMP.)


Éric Besson, ministre chargé de l'industrie, de l'énergie et de l'économie numérique