7 février 2016

Canal Plus en perte de vitesse, comme le Front national et le général Piquemal


Le Front national traverse une mauvaise passe. Tant mieux. 56 % des Français considèrent que ce parti est dangereux pour la démocratie. Le FN fait ainsi un bond en arrière de plusieurs années. Comment interpréter les résultats du sondage fait pour le Monde ? Les politologues assurent que le FN aurait atteint son maximum. Sociologiquement, il ne peut plus (sous réserve) sensiblement augmenter son score, barré qu’il est par ses positionnements économiques aventuristes (avec la suppression de l’Euro) et les erreurs commises par son chef. Sans oublier le fait que le FN n’a aucun allié potentiel pour gouverner.
En publiant sur les réseaux sociaux les photos hideuses et violentes, de décapitations et d’assassinats de Daech, le groupe djihadiste totalitaire, Marine Le Pen ne s’est pas fait que des amis. Et je ne sais pas si la déclaration d’un haut gradé du FN dans le JDD d’aujourd’hui va arranger les affaires du parti d’extrême droite : « Un nouvel attentat terroriste favoriserait notre parti ». Quel cynisme, quelle compassion à l’égard des victimes passées et futures !

« Sous les cocotiers la primate. » Cette déclaration du maire de Mazamet, ex-UMP, aurait dû lui valoir une exclusion sur le champ du parti sarkozyste. Ce premier magistrat d’une ville sudiste a enfourché le cheval de la calomnie, fidèle aux métaphores honteuses des militants de la manif pour tous. Est-il nécessaire de préciser que ce tweet a été édité après la démission de Christiane Taubira du ministère de la justice.
La haine, comme la colère, est mauvaise conseillère. Que ce soit au FN ou chez LR, les plus déterminés ne prennent pas de gant pour insulter leurs adversaires plutôt considérés comme des ennemis. Ces réflexions venant de la part d’un élu de la République le discréditent totalement. Je sais pourtant que ses électeurs n’en tiendront pas compte lors du prochain renouvellement des conseils municipaux. Voilà une autre indication de l’abaissement du niveau politique global.

Dans les colonnes du journal L’Impartial, François Loncle, député de Louviers écrit : « S’agissant des médias nationaux (télévisions, radios, presse écrite…), ils sont indispensables, mais hélas, parfois irresponsables et même néfastes. Ancien journaliste, formé par la grande école de la rue du Louvre, on m’a appris le devoir d’information, l’éthique journalistique, bref la responsabilité dans une profession dont la liberté doit être respectée. Mais, avec l’évolution des médias, la révolution d’Internet, le déferlement des réseaux dits sociaux, la montée en puissance des chaînes d’information en continu, on assiste à des dérives de plus en plus fréquentes, de plus contestables et problématiques. On m’a appris le journalisme, mais pas le journalisme de manipulation, pas le journalisme d’injonction, de matraquage, encore moins le journalisme de café du commerce, de dénigrement systématique, de mise en accusation où les journalistes se transforment en procureurs, les donneurs de leçons permanents, un journalisme souvent en plein divorce avec ce qu’attendent les citoyens, un journalisme en outre incapable de la moindre autocritique, de la moindre remise en question. Je ne citerai pas de noms, car ils se reconnaîtront aisément. Je suis par conséquent conduit à souhaiter ardemment que cessent ces attitudes malfaisantes qui nuisent, non pas aux dirigeants politiques (ce qui ne serait pas trop grave) mais tout simplement à la France) ».
Le député de l’Eure force le trait. Les politiques ont besoin des journalistes qui eux-mêmes ont besoin des politiques. Sans doute est-ce l’une des raisons qui conduisent les Français à rejeter massivement les uns et les autres. Fort heureusement, le pluralisme existe en France et les journaux ainsi que les sites Internet n’appartiennent pas tous aux industriels de l’armement ou à des financiers inféodés aux intérêts particuliers. La recherche de l’idéal est sans doute un objectif avouable mais la perfection n’étant pas de ce monde, il est vain de se plaindre constamment de ceux et celles qui font profession de commentateurs.
S’agissant de l’éthique, je ne connais qu’une définition indiscutable : « l’éthique c’est ce que je fais quand je suis tout seul. » Elle est aussi vraie pour les politiques que pour les journalistes et que pour tous les autres. Quant au journalisme de manipulation, s’il existe, il ne sera jamais pire que les manipulations d’un Cahuzac, d’un Tapie ou d’un Sarkozy, des maîtres…

Je suis abonné à Canal Plus depuis 1989 (nul n’est parfait). Cela fait donc un bail et beaucoup d’argent. Comme chacun des abonnés, j’attends d’une chaîne payante un retour sur investissement comme disent les spécialistes de la finance. Pas en euros, évidemment, mais en qualité et en diversité des programmes. Depuis la reprise en main de Canal Plus par Bolloré, c’est la chute aux enfers. Je passe sur les prestations de Maïtena Biraben au Grand journal — elles sont ce qu’elles sont — mais je souhaite m’attarder sur un ex-emblème de la chaîne : Les Guignols de l’info.
Ils ne sont plus en clair mais en crypté. Les marionnettes mais surtout leurs textes sont devenus affligeants de médiocrité et d’absence totale d’humour. Chaque soir, le pensum nous revient aux oreilles comme un passage obligé, une vraie corvée que doit subir (sauf s’il zappe) l’abonné de service. On dit que des dizaines de milliers d’abonnés refusent, dorénavant, de verser un centime à cette chaîne qui perd tout : les fidèles, les cinéphiles, les footeux au point de rechercher un accord avec la chaîne concurrente, Bein sports, c’est dire si tout va mal. Bolloré comme Sarkozy crie à tue-tête : vive le Qatar !


Le général Piquemal porte quatre étoiles mais il n’en est pas une. Considéré comme le principal responsable de la manifestation organisée à Calais avec le concours de Pegida, le mouvement islamophobe de l'extrême droite allemande, contre l’arrivée en Europe des réfugiés syriens, irakiens etc. il a été placé en garde à vue et sera jugé en comparution immédiate demain lundi par un tribunal correctionnel.
Je rappelle que la manifestation avait été interdite par le ministre de l’Intérieur, celui-ci craignant des incidents violents. Il avait raison car les autres manifestants inquiétés judiciairement le seront pour port d’armes prohibé (cutters, coups de poing américain…) c’est dire leur volonté de manifester dans la quiétude et le respect des personnes.
Le général Piquemal, âgé de 75 ans, est l’ancien commandant de la légion étrangère et le président actuel de l’union nationale des parachutistes. Un sondage récent indiquait que 50 % des militaires avaient voté pour les candidats du Front national lors des élections régionales, les autres partis se partageant les restes. Dans les urnes, la grande muette hurle de rage ! Comme Marion Maréchal Le Pen ou Gilbert Collard. Ils sont les seuls à soutenir le général.


1 commentaire:

Anonyme a dit…

Un ancien général de la légion étrangère raciste et xénophobe. En voilà encore un qui n'est pas à une contradiction près !
RH