19 septembre 2016

Nuit noire à Louviers : l’économie réalisée en vaut-elle la chandelle ?


Dans un souci d’économie, le maire de Louviers a décidé une expérimentation que d’autres avant lui, ont initié dans leur village ou dans leur ville. Éteindre les feux, dès 22 heures et jusqu’à 5 heures du matin pour réaliser 50 000 euros de gain annuellement. Cette décision fait que des quartiers entiers et des rues importantes ne bénéficient plus de l’éclairage public alors que l’automne va arriver et que l’hiver sévira en son temps.
Le premier souci des Lovériens, face à cette expérimentation est évident : « notre sécurité sera-t-elle assurée ? »
Le maire assure que oui eu égard aux statistiques démontrant que la nuit, même avec l’éclairage, les faits délictueux ne croissent pas. La sécurité étant avant tout un sentiment ou une impression, je ne suis pas certain que les arguments mathématiques pèseront très lourds comparés au ressenti de la population. Les couche-tard, qu’ils soient piétons ou au volant de quelque engin, jugeront peut-être qu’il est plus difficile de déambuler et de circuler sur des places et des rues privées d’éclairage, d’autant que des obstacles connus ou inconnus se dresseront devant eux. Je pense notamment aux aménagements réalisés pour limiter la vitesse et privilégier le stationnement. La route de Pacy, par exemple, ou la route de Saint-Pierre, appartiennent à cette catégorie.
Les astronomes seront, paraît-il, très heureux de cette innovation puisque les étoiles et les galaxies seront plus facilement observables avec un ciel d’encre. Il doit bien en exister une vingtaine dans notre ville. Qu’il ne faille pas systématiquement déplorer le changement est souhaitable. J’espère toutefois que le maire saura dresser un bilan objectif de l’expérience et qu’il nous fera connaître ses conclusions…éclairées.


1 commentaire:

Jean-Charles Houel a dit…

François Xavier Priollaud apporte son éclairage
Votre article sur l'éclairage public appelles les observations suivantes de ma part :
- l'extinction se fait à 23h (et non 22h)
- les rues concernées par la vidéo protection demeurent allumées
- les voitures ayant l'obligation d'allumer leurs phares la nuit tombée (y compris quand l'éclairage public fonctionne), elles ne devraient pas voir surgir d'obstacles dangereux. Vous avez néanmoins raison sur le fait qu'il convient de s'assurer du bon état du marquage au sol pour qu'il soit vu de nuit
- l'arrivée de l'automne et de l'hiver, c'est à dire le raccourcissement des jours, est sans impact puisque l'éclairage public reste allumé jusqu'à 23h et se rallume à 5h.
- la motivation de cette mesure n'est pas budgétaire même si 50 000 euros d'économie ce n'est pas négligeable. En revanche, il s'agit de participer au changement des comportements.
C'est une expérimentation. Dans les petites communes ou villes plus importantes qui ont mené l'expérience, cela s'est révélé être un succès.