31 mai 2015

Sarko et les Républicains : mettre une belle étiquette sur la bouteille d’un mauvais vin n’en n’a jamais fait un grand cru


Au voleur ! Car même s’il s’est trouvé un tribunal pour autoriser (provisoirement ?) Sarkozy à utiliser le nom de « Les Républicains » destiné à remplacer l’UMP, le fait demeure : l’ancien président de la République s’arroge le droit exclusif et partisan d’annexer un bien collectif qui appartient à tous les Français : la République. Il est vrai que le président de LR nous a habitués à bien des manigances et autres combines. Il n’en demeure pas moins que les Français, authentiquement républicains ceux-là, seront froissés de se voir qualifiés comme d’éventuels suppôts du sarkozysme, alors qu’ils se situent aux antipodes des pensées, des actions, des projets de Sarkozy.

Jean-Noël Jeannenay, historien respecté, évoque une « captation d’héritage » et nombreux sont ceux qui, à gauche mais à droite aussi, considèrent que la manœuvre, car il s’agit bien d’une manœuvre, fera long feu. Admettons qu’il ait réussi un coup de pub (le sondeur publicitaire Giacometti est l’auteur de la trouvaille) admettons qu’il surfera quelques semaines sur le quiproquo. Cela ne durera pas puisque l’effet de mode s’estompera pour nous offrir un Sarkozy tel qu’en lui-même, éternel et inchangé et surtout très antirépublicain. Mettre une belle étiquette sur la bouteille d’un mauvais vin n’en n’a jamais fait un grand cru.

N’oublions pas, non plus, que le premier motif du changement de nom de l’UMP est lié aux affaires et aux dettes abyssales du parti. Elles empoisonnent la vie de Copé, de Sarkozy, de Lavrilleux, de tous ceux qui ont eu à voir de près ou de loin avec les campagnes électorales et des financements occultes et illégaux. Le Scandale Bygmalion est dans tous les esprits. Et Sarkozy n’en a pas fini avec Paul Bismuth, Bernard Tapie, les sondages de l’Elysée…

Sarko voulait également mettre un terme au slogan inventé par le Front national — l’UMPS — réunissant les deux partis de gouvernement dans le même opprobre. Florian Philippot, l’un des cadres du FN ayant oublié d’être idiot vient de créer l’RPS, du nom de cette affection cutanée provoquée par un virus : « Cela gratte et cela démange, ce n’est pas bon pour la France » a-t-il déclaré. Il sera sans doute plus facile de se débarrasser de Sarkozy que de cet herpès dont les porteurs du virus le sont à vie.

Quant au congrès lui-même, il a surtout servi de faire-valoir aux sarkozystes. Juppé et Fillon ont été copieusement hués et sifflés. L’ancien premier ministre de Jacques Chirac, sentant l’arnaque à venir, a prévenu que si la primaire n’était pas celle « de la droite et du centre » il n’y participerait pas. Un duel Le Maire-Sarko n’aurait, selon Alain Juppé, aucun sens.

Autrement dit, Sarko peut bien se moquer du PS et du président François Hollande. Des épisodes judiciaires l’attendent dont on ignore le clap de fin. Des contradictions internes ne vont pas manquer de survenir avec Juppé, Fillon, Le Maire, Bertrand et les autres. Enfin, les votants potentiels (pour ou contre) du nom « Les Républicains » ont été un peu moins de 50 % à participer. A comparer aux sièges vides du chapiteau extérieur à la grande salle retenue hier soir. La période de vaches maigres ne fait que commencer.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Il ne reste plus au Parti socialiste qu'a se rebaptiser "Les Démocrates" et l'on pourra tirer la chasse. RH