4 décembre 2014

Qui pour remplacer Christian Renoncourt ? Qui pour aider François Hollande à mieux choisir son entourage ?


François Hollande à Val-de-Reuil.
Je ne comprends pas pourquoi François Hollande a mis tant de temps pour « démissionner » l’un de ses principaux conseillers, M. Lamdaoui, empêtré dans une affaire d’abus de biens social. Voilà des mois que les enquêteurs sont sur ses traces. Cet été, ses bureaux ont été perquisitionnés et M. Lamdaoui (donc François Hollande) n’ignorait rien des soupçons qui pesaient sur sa gestion pour le moins originale de sociétés de transport en 2006-2007. Après les affaires Cahuzac, Thévenoud, Arif, l’affaire Lamdaoui plombe un peu plus la république exemplaire tant vantée pendant la campagne présidentielle. Le résultat de ces errements : c’est à la fois incompréhensible et dommageable.
François Hollande a-t-il été imprudent en s’entourant de brebis galeuses par manque d’attention ? Les services de l’Etat — ils devraient enquêter sur les ministres — ont-ils manqué de vigilance ? Ou le sens de la fidélité du président l’a-t-il emporté sur tout autre considération ? Franchement, le militant socialiste de base que je suis ne peut que constater les dégâts et se demander quels vont être les effets de toutes ces affaires sur les Français passablement dégoutés de la vie politique en général et du gouvernement actuel en particulier. La déception  n’empêche pas de croire à certaines valeurs (1) mais il serait bien de transformer les mots en actes.

Le premier effet, on le constate dans le vote militant d’hier soir à Louviers. Il s’agissait de voter pour la charte des socialistes pour le progrès humain de désigner les candidats socialistes aux prochaines cantonales et de remplacer Christian Renoncourt, démissionnaire de son poste de secrétaire de la section. Il avait pris la précaution d’anticiper et de prévenir ses camarades bien en amont. Malheureusement, aucun membre de cette section n’a présenté sa candidature et Louviers se retrouve donc, dès aujourd’hui, sans secrétaire lovérien du PS. Est-ce si grave ? Sur le principe, sans doute pas. Mais pour organiser une campagne électorale cantonale (en mars 2015) il vaut mieux avoir des troupes ragaillardies et un chef d’orchestre rigoureux et méthodique. Leslie Cléret et Eric Lardeur ont été désignés comme candidats socialistes pour le canton de Louviers mais rien n’indique qu’il s’agira d’un ticket définitif dans la mesure où la fédération va ouvrir des négociations avec des partis « amis » dont le PRG. Connaissant l’appétit de certains, je ne serais pas surpris qu’un candidat du Parti radical de gauche demande une place éligible…et je ne serais pas surpris, non plus, que M. Destans, président du conseil général, accepte cette proposition à l’origine de la démission de Christian Renoncourt. A suivre.

Second effet, les propositions de M. Emmanuel Macron, ministre de l’économie, sont loin de faire l’unanimité au sein des socialistes. Les guignols de l’info sur Canal Plus l’ont « marionnetté » en bébé dont les pères sont tour à tour Hollande et Gattaz. C’est drôle et symbolique. Car les guignols, par la caricature et l’humour, expriment le ressenti de nombreux Français de gauche effarés par tant de désinvolture de la part d’un ministre, jeune certes, à la tête bien pleine assurément, iconoclaste effectivement, susceptible de faire exploser la majorité à l’Assemblée nationale, majorité déjà fragile. Emmanuel Macron, avec les modifications de la loi sur travail dominical, une éventuelle réforme des 35 heures, court dans le sens rêvé par le MEDEF mais celui-ci se montre bien ingrat. Ces propositions classent Manuel Valls parmi les socio-libéraux, lesquelles préparent une future éventuelle majorité centriste avec Bayrou et quelques autres…Etonnons-nous de l’opposition de ceux et celles qui avaient cru aux belles promesses du candidat Hollande. Comme d’habitude, on sait maintenant qu’elles n’engageaient que ceux et celles qui les ont écoutées.

Révoltant. Honteux. Misérable. Le viol et le vol commis chez ce jeune couple de Créteil choisi par les cambrioleurs-violeurs parce qu’ils étaient juifs « et donc parce qu’ils avaient de l’argent » m’apparaît comme étant odieux. Les auteurs âgés de 19 et 20 ans sont donc sensibles aux clichés les plus éculés et les plus rebattus, ces clichés qui nourrissent un antisémitisme toujours latent chez nombre de nos compatriotes. Nos concitoyens juifs sont comme les autres. Rien ne les différencie des autres. Leur religion est reconnue comme toutes les autres et les croyants qu’ils soient catholiques, juifs, protestants, musulmans etc. ont le droit de vivre en paix et en sécurité dans notre pays. Les éducateurs doivent tout faire pour éradiquer cette plaie vive au cœur de tous les enfants (futurs adultes) dont l’esprit doit s’avérer ouvert et tolérant. Ils doivent, en particulier, démolir un à un les stéréotypes, les images dégradantes, les lieux communs accolés à tel ou tel. C’est à l’école que tout démarre à condition, également, que les familles soient à la hauteur des enjeux. La « banane » Taubira nous rappelle que des parents aussi sont capables de haine aveugle et de racisme commun.

(1) On peut lire dans le préambule : « « Socialistes, nous sommes fiers de nos valeurs. » Nous les avons rappelées dans notre Déclaration de principes en 2008. Nées avec les idées des Lumières, les idéaux de la Révolution française et les luttes du mouvement ouvrier, elles conservent leur force : la liberté et la justice, l’égalité et la citoyenneté, la fraternité et la solidarité, la laïcité et la responsabilité, l’Europe et l’internationalisme. Indissociables de la République, ces valeurs inspirent des luttes et des lois sur tous les continents, guident notre action et donnent un sens à nos vies. »

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Franck Martin a besoin de retrouver un niveau de revenu à la hauteur .......