26 novembre 2018

« Make our buying power great again » ou rendez-nous du pouvoir d'achat !


Christophe Castaner. (Var matin)
Je viens de relire les comptes-rendus de presse et les conclusions des commissions d’enquête parlementaires créées après la journée tragique du 6 février 1934. Ce jour-là, place de la Concorde, des ligues factieuses, des groupes d’extrême droite et royalistes, à l’image de l’action française, sont partis à l’assaut du Palais Bourbon avec la ferme intention de déposer les représentants de la nation alors même que d’autres apprentis fascistes complotaient pour prendre le pouvoir. Il est vrai que Mussolini avait donné l’exemple et que Hitler était devenu chancelier.

Les forces de l’ordre, mal organisées, sous le commandement d’un préfet novice et dépassé, tirèrent sur la foule entraînant morts et blessés. La République résista mais pas le gouvernement Daladier dont le président du Conseil décida de démissionner. En faisant allusion à cette journée marquante de notre histoire, lors de sa conférence de presse de samedi soir, et après les incidents graves commis par des éléments incontrôlés, Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, a souligné le rôle ambigu de Marine Le Pen. Dans un tweet, la présidente du RN (ex-FN) s’est interrogée sur les raisons qui ont conduit le gouvernement à interdire toute manifestation sur les Champs Elysées, invitant de fait les Gilets jaunes à se rendre sur la célèbre avenue.

Je ne crois pas que Marine Le Pen ait jamais eu l’intention de renverser le gouvernement. Je ne crois pas non plus qu’un danger fasciste imminent menace la République. Mais en rappelant le 6 février 1934, le ministre de l’Intérieur réveille les mémoires et réaffirme ainsi que la démocratie est fragile et qu’un réflexe séditieux existe toujours dans l’ultra droite. Il ne faudrait pas pour autant que le gouvernement considère qu’il est quitte. La révolte contre l’impôt, l’augmentation des taxes, la stagnation — ou la baisse — du pouvoir d’achat demeurent des priorités dans l’esprit d’une grande majorité de Français. La paupérisation croissante oblige le Président de la République à constater qu’il n’existe pas que des premiers de cordée. On attend avec impatience et une certaine anxiété les annonces de demain.  « Make our buying power great again » autrement dit en Français : « Rendez-nous un pouvoir d’achat consistant »

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Peut être ne faut il pas tout mettre sur le dos de Madame Le Pen?
En ce qui concerne la violence faite aux journalistes, M. Macron dit :"honte à ceux qui ont violenté des journalistes"
Souvenons nous du mois de février dernier, Jean Luc Mélenchon déclarait :"la haine des médias et de ceux qui les animent est juste et saine". Rien moins!

Qui sèment le vent récolte la tempête.

P.H

Anonyme a dit…

Encore une fois nos ministres de l'intérieur socialistes successifs (dont M. Castaner reconverti depuis moins de 2ans au "macronisme") depuis l'arrivée au pouvoir de François Mitterrand, ne cessent de se tromper d'ennemis. Les attentats qu'a connu la France depuis les années 80 (à commencer par celui de la rue des Rosiers !) proviennent intégralement d'individus terroriste ou de groupuscules fanatisés de tendance islamiste radical dénommés djihadistes et non pas de Mme Le Pen ni même de de son père lorsqu'il était encore à la tête du FN. Tout cela relève de la pure manipulation des esprits à visée électoraliste pour faire en sorte que les partisans de la droite LR ne rejoignent pas le camp du RN (ex FN), laissant ainsi les "marcronistes" un peu plus en minorité dans notre pays. Le vrai danger ayant fait près de 500 morts sanglantes en France via des attentats depuis environ 40 ans est d'origine islamiste, tout le reste n'est que balivernes; comme d'ailleurs les entourloupes encore très récentes du gouvernement Macron concernant la taxe carbone destinée à tout au chose que l'écologie solidaire prônée par Nicolas Hulot, mais bien à remplir, via des taxes supplémentaires sur le Gasoil, les caisses de l'Etat pour compenser des dépenses ministérielles incongrues ou offrir des cadeaux fiscaux inacceptables pour les gilets jaunes, à juste titre...