7 septembre 2016

Jérôme Cahuzac n'hésite pas à remuer les cendres de Michel Rocard. Honteux.


Je suis très en colère contre Jérôme Cahuzac. Non seulement il a menti effrontément devant l’assemblée nationale et caché sa situation fiscale au gouvernement mais en plus il continue de se défendre comme un gamin pris en flagrant délit : il accuse autrui de ses propres turpitudes. C’est lâche. Aller chercher les cendres de Michel Rocard pour expliquer l’ouverture d’un compte en Suisse, voilà qui ne va pas améliorer l’image de celui qui a porté un coup fatal à la République exemplaire prôné par François Hollande.

Le quinquennat aura traîné comme un boulet les mensonges de l’ancien ministre et j’ai toujours dit qu’il s’agissait d’un tournant essentiel portant atteinte à la crédibilité du pouvoir actuel. Car choisir Cahuzac comme ministre revenait à démontrer soit une méconnaissance coupable de l’homme et de son histoire, soit une légèreté également coupable à l’égard de ses agissements soi-disant connus localement depuis des années. Il aura fallu trois mois à François Hollande pour se séparer de Cahuzac quand il aurait fallu agir vite et bien. Il est vrai que M. Woerth, ancien ministre, dans le secret semble-t-il, a lui-même été étrangement complice des agissements de M. Cahuzac.

La discrédit de la gauche est tel que les déboires et les écarts de Sarkozy semblent atténués dans leurs conséquences morales puisqu’un homme dit de gauche a été capable d’agir comme l’a fait Cahuzac. Cette fameuse gauche exemplaire en  a pris un sacré coup quand Médiapart a sorti l’affaire et l’enregistrement de Jérôme Cahuzac évoquant son compte UBS en Suisse. Bien sûr, il est naturel que l’accusé se défende et que ses avocats trouvent un moyen d’atténuer sa responsabilité. Je ne suis pas certain qu’aller chercher un financement — éventuel — d’une campagne électorale — éventuelle — de Michel Rocard en 1995 soit le meilleur moyen de convaincre les juges appelés à sanctionner des comportements coupables.

Manuel Valls, rocardien bien connu, se dit dégouté par le système de défense de Cahuzac. On le serait à moins. Aujourd’hui même les juges du tribunal correctionnel ont fait part de leurs sérieux doutes quant à la véracité des déclarations de l’ancien ministre. Il est vrai que ni devant les policiers, ni devant les juges d’instruction « les yeux dans les yeux » l’ancien ministre du budget n’a fait allusion à Michel Rocard. Il est vrai qu’à cette époque, l’ancien Premier ministre vivait encore…

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Menteur patenté, Jérôme Cahuzac continue de nous prendre pour des c…

Ouvrir un compte en Suisse pour financer la ou les campagnes de Michel Rocard, celle-là, il fallait avoir le culot de l’inventer. La ficelle est énorme, mais plus c’est gros et plus ça semble passer. Il faut être particulièrement pervers pour mêler l’ancien Premier ministre Michel Rocard dont les cendres ne sont pas encore refroidies à ces infâmes turpitudes. Car ce n’est à l’évidence pas lui qui risque à présent d’apporter un démenti cinglant. Qui peut encore croire à de tels bobards ? S'il restait le moindre doute sur le personnage, cette fois, il est levé

RH