29 octobre 2013

Lettre du NPA aux membres de la section du Parti socialiste de Louviers…et réaction d'un militant de base


Le comité Seine-Eure du NPA s'adresse aux membres de la section du Parti socialiste de Louviers : « Nous avons pris acte du ralliement PS à la liste de F. Martin pour les municipales. Nous ne pouvons croire que nous en soyons l'origine, ainsi que le laisse entendre votre secrétaire départemental. Comme nous l'avions exposé lors de la rencontre avec votre délégation en mars dernier, il est impossible pour nous de nous allier avec celles et ceux qui soutiennent la politique du gouvernement Hollande-Ayrault que nous combattons  sur les terrains politique, syndical, social et écologique.
Nous sommes bien conscients que seule une liste unitaire des opposants à Martin aurait pu gagner mais nous ne sommes pas responsables si les conditions indispensables à cette union ont été gâchées.
Ce n'est pas nous qui portons la responsabilité de la politique menée par ce gouvernement qui ne fait rien de moins que de poursuivre celle menée par son prédécesseur. Nous ne pouvons accepter de Hollande aujourd'hui ce que nous refusions hier de Sarkozy. Nous sommes cohérents avec nos idées.
Nous nous adressons à toutes celles et tous ceux qui ne se satisfont pas de ce ralliement de circonstance, qui ne confondent pas la lutte des classes avec la lutte des places, qui veulent continuer à défendre les idées qui nous ont réunis ces cinq dernières années dans un combat commun contre la vidéosurveillance, contre le gaspillage budgétaire de Martin, contre la délégation de service public de l'eau et l'assainissement à Véolia.
Nous nous adressons à eux, à vous, pour constituer LA liste d'opposition à cette majorité de circonstance. Des discussions en ce sens sont déjà engagées avec le PCF de Louviers qui nous a dit son accord pour affirmer que :
     — Ce gouvernement fait la politique qu'attendent les patrons.
     — C'est la déception et la colère qui font les affaires de l'héritière Le Pen.
    -— Martin doit avoir une opposition à sa gauche qui dénonce pied à pied sa folie des grandeurs et qui défendra les intérêts des classes populaires. Nous sommes ouverts pour en discuter avec qui le souhaitera. »
Cordiales salutations
Le comité Seine-Eure du NPA

Ma réponse à la lettre du NPA
Chers camarades du NPA, c’est très gentil de votre part de vous soucier de la vie et de l’avenir des membres de la section socialiste de Louviers. Notamment au plan municipal. J’y vois là, une part d’affectivité pour ne pas dire d’affection. Mais les sentiments sont souvent de mauvais conseillers car ils obscurcissent la raison et le raisonnement. Permettez-moi tout de même, de saluer votre geste généreux dont j’ignore s’il aura des retombées positives pour votre liste.
Votre texte fleure pourtant bon la contradiction. Vous affirmez impossible de vous allier avec ceux qui soutiennent Hollande et son gouvernement tout en proposant à des socialistes lovériens de mener campagne à vos côtés. Y aurait-il des bons et des mauvais socialistes ? Ceux qui face aux difficultés, abandonnent le navire dans la tempête et rejoignent le radeau de la Méduse et ceux qui, ayant voté Hollande conscients des difficultés et de la dramatique situation économique actuelle, continuent de croire qu’il faut du temps pour se remettre d’une grave maladie. On pourra toujours discuter des remèdes.
Vous n’ignorez pas, non plus, que le centralisme démocratique n’avait pas cours au PS mais au sein du PCF ancienne formule. Aujourd’hui, ils sont nombreux ceux qui dénoncent chez Mélenchon (et le PG) son systématisme et ses agressions permanentes contre les journalistes, les socialistes et certains responsables du Parti communiste et non des moindres. Membre pendant trente ans du PS, Mélenchon en connaît tous les défauts et toutes les qualités. Les 2500 adhérents de votre parti sont certainement favorables à la même pratique politique conformément aux décisions venues d’en haut et qu’on applique en bas. Face à la complexité, il vaut mieux être peu nombreux. C’est plus facile pour se mettre d’accord.
Parmi les qualités requises au PS il en est une qui compte plus que tout : la liberté de conscience et le droit d’avoir des opinions différentes sur des sujets divers. Vous savez que des députés socialistes ont voté contre la loi sur les retraites, que d’autres se sont abstenus sur l’ANI, que d’autres encore font part de leur désaccord sur la fiscalité. Il n’y a pas les socialistes mais des socialistes, c’est tout le charme et toute la contradiction de ce parti. Ce qui est possible à l’Assemblée nationale l’est évidemment à la base.
A Louviers, donc, des différences existent au sein de la section et les votes les plus récents plaident pour une approche à la carte. Certains étaient prêts à travailler avec le NPA, d’autres non. En cas de vote sur le sujet, qui l’aurait emporté ? Vous n’avez pas souhaité courir le risque. C’est votre choix et je le respecte. Mais il me semble bien difficile ensuite pour vous de vouloir débaucher des militants étiquetés socialistes quand la majorité d’entre eux a décidé de faire l’union avec Martin. L’appartenance à un parti nécessite une forme de loyauté, sinon, autant le quitter.
Peut-être serez-vous entendus par certains membres du PS, inquiets, anxieux, déboussolés par l’exécutif et ses reculades et prêts au compromis ? Peut-être serez-vous également entendus par certains électeurs lovériens peu suspects de sympathie pour ce que vous appelez avec une certaine emphase les « magouilles » ? L’accord avec le maire n'est pas une preuve de malhonnêteté. Il est en tout état de cause le résultat d’une analyse et d’un vote. Chaque militant responsable doit s’y conformer. C’est le prix à payer pour un fonctionnement démocratique. Je m’y plierai quoi qu'il m'en coûte.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Cher Jean-Charles, sache d'abord que le terme de "magouilles", que tu qualifies d'emphatique, n'a pas été employé par nous (le texte de notre conférence de presse est à ta disposition). Cela ne change d'ailleurs rien au fond politique.
Ta réaction me donne l'occasion de quelques autres mises au point:
-Le NPA n'a jamais cherché à être un monolithe et connaît le prix du débat démocratique, au point que les conditions matérielles des scissions qu'il a connues en direction du Front de gauche n'ont pas de précédent du point de vue du respect des minorités dans l'histoire du mouvement ouvrier français.
-Admettons avec toi que le NPA ne compte plus que 2500 militant-e-s (c'est le nombre de votant-e-s au dernier congrès). Mais je te rappelle que chez nous, tout membre du parti est un membre actif, et pas simplement un détenteur de carte. Il y a eu, au moment du lancement du processus fondateur, 9000 personnes qui ont cotisé une fois, c'est -malheureusement- le niveau maximum que nous ayons atteint. Ceci dit pour comparer des choses comparables.
Sur le fond, tu nous accorderas peut-être que nous n'avons pas dévié depuis que nous nous sommes rencontrés: quelques soient nos convergences locales, il ne nous est pas possible de constituer ensemble une liste qui se tairait sur l'ANI, les retraites et le reste, sur tout ce que François Loncle vote sans état d'âme, voire avec enthousiasme, à l'Assemblée. Franck Martin l'applaudit,lui est conséquent. Ce n'est pas notre faute si ce gouvernement va dans le sens du Medef et fait le lit du FN. Et c'est très sincèrement que nous tendons la main à tous ceux et toutes celles qui n'acceptent pas de la gauche ce qu'ils et elles refusaient de la droite pour présenter une liste sur ces bases,à égalité de droits.
Pierre Vandevoorde