9 août 2015

Les Guignols de l'info victimes de la guillotine Bolloré


Sarkozy a eu la peau des Guignols de l'info.
Contrairement à certains de mes amis et de mes proches, je ne crois pas que les Guignols de l’info, célèbre émission quotidienne de Canal Plus, modifie d’un iota l’opinion des électeurs et des électrices de notre pays. Pour ceux qui suivent quotidiennement les aventures de PPD et celles des marionnettes vedettes des soirées de feu le Grand journal, il est évident que souvent, les caricatures mises en scène en disent beaucoup sur les comportements et les principaux caractères des «héros» du monde politique français et international. Pour autant, je ne sache pas que «Chirac le menteur» ou «Chirac l’escroc» ait eu à pâtir de l’influence des Guignols. Au contraire. Jacques Chirac est aujourd’hui l’un des hommes politiques préférés des Français ( !) et sa marionnette a joué un rôle évident dans sa notoriété positive depuis qu’il est sorti de l’action quotidienne. Les hommes au pouvoir vivent sous le feu d’autres projecteurs.

Toujours est-il que l’émission emblématique de Canal Plus, jusqu’à maintenant diffusée en clair à une heure de grande écoute, va connaître des changements plus qu’importants à la rentrée. Le propriétaire de la chaîne, Vincent Bolloré, a décidé d’exercer son droit d’éditorialiste tenant son pouvoir (et sa compétence ?) de sa fortune en virant plusieurs membres (historiques) de l’équipe. En passant l’émission en crypté, et plus tard dans la soirée, il exprime l’intention évidente de décapiter une équipe performante et appréciée.  Il ne s’agit pas d’un calcul financier puisque les Guignols, à 20 heures, faisaient pleuvoir la pub jusqu’à plus soif. Il s’agit donc bien d’une manœuvre politique destinée à faire taire des voix libres.

Pourquoi une telle haine ? Pour une raison simple. Les Guignols de l’info ne ménagent pas Sarkozy (ni personne d’ailleurs, hein DSK…) et dénoncent ses travers, ses reniements, ses affaires judiciaires nombreuses. Je le soupçonne d’avoir demandé à Bolloré la tête des «coupables». Le pire c’est qu’il l’a obtenue. Bolloré n’agit donc pas en patron de chaîne mais en protecteur d’un de ses amis. Il avait même, un temps, envisagé de supprimer les Guignols pour les remplacer par Gad El Maleh et Florence Foresti. Pas du tout le même genre de comique iconoclaste et insolent. Bolloré n’est-il pas celui qui mit son yacht au service du nouveau président de la République en 2007 après la fête au Fouquet’s, c’est dire la nature du lien entre les deux hommes.

Cette affaire des Guignols s’inscrit pourtant dans un contexte plus vaste concernant les journaux, les chaînes privées de radio ou de télévision. On assiste à une opération d’envergure de la part des Arnault (LVMH) Dassault, Lagardère, Bouygues, Bolloré, Drahi, etc. tous grands industriels désireux de dominer le secteur de la communication et de l’information. Si l’on y regarde de près, ne restent indépendants que le Canard enchaîné et Mediapart : un journal de presse écrite et un site Internet. Mais nous, citoyens, que pouvons-nous faire si nous pouvons faire quelque chose ? Rompre avec Canal Plus c’est se priver de sport et de cinéma, ne plus acheter Libé c’est s’interdire une vision du monde…les citoyens conservent leur bulletin de vote. Ce sera avec celui-ci qu’ils pourront passer le message : non à la concentration du pouvoir d’informer en quelques mains !

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Dans la liste des journaux encore indépendants, il ne faudrait tout de même pas oublier de citer le Monde diplomatique !
RH