16 mai 2017

Vive la Normandie !

Un communiqué de Marc-Antoine Jamet, après la nomination de Edouard Philippe comme  Premier ministre.


« Bonne Chance à Edouard PHILIPPE »



J'ai rencontré pour la première fois Edouard Philippe, au début des années 1990, alors qu'il était à l'Institut d'Etudes Politiques de Paris, puis à l'ENA, un étudiant remarqué tandis que j'y étais - il me l'a confié - un professeur suivi et un examinateur respecté. Ses idées politiques m'étaient inconnues. En revanche, il ne m'avait pas échappé que, malgré sa jeunesse, il était déjà un esprit brillant, original et rapide. Magistrat à la Cour des comptes, j'ai pu l'observer devenant, grâce à son intelligence et à son talent, un des meilleurs auditeurs au Conseil d'Etat, mettant en pratique l'objectivité vigilante qui doit être le propre de cette institution, démontrant, de ce fait, qu'il possédait les qualités inhérentes à un grand serviteur de l'Etat. J'ai suivi, avec attention et sympathie, connaissant bien cette voie, le travail qu'il a accompli, fidèlement, activement, loyalement, avec son ami Gilles Boyer, au service d'Alain Juppé. Il en a été un collaborateur essentiel que ce soit pour créer l'UMP ou au sommet d'un éphémère Ministère de l'Environnement. Doit-on rappeler que le Maire de Bordeaux est connu, à droite, pour s'entourer des meilleurs éléments de son camp.



Comme Maire de Val-de-Reuil, engagé dans un renouvellement urbain qui, en Normandie, nous est (assez) exclusivement commun, je l'ai vu, dans le prolongement des projets voulus par Antoine Ruffenacht, prendre, à sa suite, la Mairie du Havre et y recueillir une circonscription, faisant ainsi des choix difficiles, des choix courageux, ceux du service des autres, de l'intérêt général et des contraintes qui y sont liées, au détriment d'une vie personnelle paisible et d'une carrière professionnelle prometteuse. En élu de la République, je l'ai vu se battre pour sa commune, son développement, sa population. Durant toutes ces années et jusqu'il y a peu, pour nos collectivités, nous avons, dans des formations différentes et par des raisonnements distincts, souvent partagé des convictions et des combats. Il a affronté le Front National sans la moindre ambiguïté. C'est une chose qui compte à mes yeux.



Edouard Philippe vient de devenir le « premier » Premier ministre du Nouveau Président de la République Emmanuel Macron. Je l'en félicite. Il ne doit cette nomination qu'à ses mérites et à ses qualités. Ils sont grands. J'espère pour notre pays que son mandat sera un mandat gagnant. Il faut être positif et constructif si nous voulons que la France, face à la mondialisation, se répare, se redresse et réussisse. Avec la même passion pour la France, la même humanité souriante, le même humour britannique et la même réflexion solide, le Maire du port du Havre succède au Maire du port de Cherbourg. Même si je regretterai toujours que ce dernier n'ait pu davantage et plus longtemps s'exprimer, je demeure heureux pour notre Normandie de cette succession tempérée.



Sa nomination est un choix audacieux dont on ne voudrait pas cependant qu'il soit hasardeux. Si, sur beaucoup d'idées, il a fait le pari de la modernité, il a pu être, par le passé, pendant les présidences Chirac et Sarkozy notamment, le soutien de mesures économiques et sociales qui étaient tout sauf progressistes. Il a été le partisan de méthodes qui ont pu paraître rudes en matière de retraites, de fiscalité, d'indemnisation du chômage. Il a soutenu Bruno Lemaire et Hervé Morin, nos adversaires départementaux et régionaux.  Il s'est opposé aux réformes que la Gauche proposait avec François Hollande et Bernard Cazeneuve. Plus grave, je ne peux m'empêcher de noter que Edouard Philippe devient le symbole de la grande confusion, du grand désordre, du grand flou qui préside aux destinées de notre pays, puisque, désormais, est maintenant associé à l'ancien Ministre de l'économie d'une majorité socialiste, devenu hier chef de l'Etat, un toujours député des Républicains, un « homme de droite » qui devient aujourd'hui chef du Gouvernement. C'est en découvrant les ministres qu'il nommera, le programme qu'il suivra, l'assemblée nationale qui le soutiendra que l'on saura de quel côté du mur la France tombera. Au-delà de l'estime qu'on peut avoir pour le nouveau Premier ministre, il lui faut rappeler une réalité - la droite et la Gauche ne sont pas identiques, loin s'en faut -, et souhaiter une clarification par l'élection, partout en Normandie, de parlementaires socialistes seuls à même sans glisser vers le radicalisme stérile de la Gauche extrême, sans approuver les remèdes de cheval de la droite éternelle, d'être fidèles à nos valeurs et à nos idées : la justice sociale, la laïcité, l'égalité des chances et la solidarité. Bonne Chance à Edouard Philippe. Pour « l'aider » votons tous à Gauche.

                 Marc-Antoine Jamet, secrétaire de la fédération de l'Eure du Parti socialiste 


2 commentaires:

Jean-Charles Houel a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Anonyme a dit…

Franchement, si Lemaire arrive au gouvernement, on est au bord de l'écoeurement.
PHD