20 mars 2017

Il faut imaginer Richard Jacquet élu député de la 4e circonscription


Richard Jacquet, au centre de la photo. (Photo Jean-Charles Houel)
Il n’attendra pas le résultat de la présidentielle pour annoncer sa candidature aux législatives. Engagé dans la vie municipale depuis 23 ans à Pont-de-l’Arche, maire depuis deux mandats de cette commune qu’il a changée et améliorée, Richard Jacquet fait partie du paysage politique de la 4e circonscription et bénéficie d’une notoriété évidente. Il est un homme du pays qui y vit et y travaille. En tenant, lundi, sa première conférence de presse après son élection avec 94 % des suffrages au sein des sections socialistes, il prend son courage à deux mains et affiche une légitime ambition, celle de succéder à François Loncle, arrivé au terme d’une carrière débutée en 1981 et achevée dans une relative confusion.

Richard Jacquet est un homme de parole. Il est fiable et fidèle. Il est solide et efficace. Quand on aura dit qu’il également crédible et honnête, on aura dressé le portrait d’un candidat tel qu’en lui-même pouvant compter sur ses propres forces et sur celles des différents sympathisants et militants des huit cantons de cette circonscription classée à gauche depuis des décennies. Sa campagne active ? Elle débutera dès le 9 mai. Il l’axera sur les propositions sociales et économiques dans la dynamique des propositions de Benoît Hamon. Mais aussi et surtout, il tiendra compte des signaux d’alerte que lancent les rurbains et les ruraux, ces populations qui se sentent abandonnées, privées de services publics, d’écoles ou de poste voire même de commerces : « Je demande à ceux qui proposent de supprimer des postes de fonctionnaires de dire où ils vont engager des coupes claires. Pour l’un c’est 500 000, pour un autre 120 000 ! Ce sera donc encore moins de services publics. Idem pour le système de retraite par répartition et l’âge légal. J’espère que les électeurs et les électrices vont lire avec attention les programmes car ce sera projet contre projet. »

Pour cette conférence de presse tenue à Val-de-Reuil où la gauche a su se montrer aussi entreprenante que tonique , Richard Jacquet avait à ses côtés Marc-Antoine Jamet, maire de la ville et premier secrétaire de la fédération du PS de l’Eure, Jean-Jacques Coquelet, conseiller départemental, Thomas Toutain, représentant la fédération, Albert Naniyoula, secrétaire de la section de Pont-de-l’Arche et Catherine Duvallet secrétaire de la section de Val-de-Reuil. Marc-Antoine Jamet considère la candidature de Richard Jacquet comme porteuse d’avenir et riche de symboles. Il vante les qualités humaines de ce dernier mais également ses engagements d’élu dans sa ville et au sein de l’agglomération. Il met en avant son bilan ô combien éloquent et son travail : « Ni héritage, ni parachutage. » Les habitants de la 4e circonscription, s’ils l’élisent, auront un représentant présent auprès des associations, des syndicats, des forces vives du territoire qu’il connaît comme sa poche. Il faut imaginer Richard Jacquet élu député de la 4e circonscription de l'Eure ! A l’Assemblée nationale, il s’intègrera dans une future majorité de coalition et représentera son territoire avec la conviction qui, jamais, ne lui a fait défaut. Pour MAJ, une histoire importante se termine, un nouveau livre va s’écrire avec Richard Jacquet en première page…

3 commentaires:

Sébastien a dit…

Richard Jacquet n'a pas été élu de 2001 à 2008, c'était la liste de Dominique Jachimiak sans opposition. Richard Jacquet a 15 ans de présence au conseil et non 23.

Jean-Charles Houel a dit…

J'avais fait l'impasse sur M. Jachimiak, quel dommage ! Merci pour la précision. Il a 23 ans d'engagement politique et non 23 ans de présence au sein du conseil. Toutes mes excuses.

Jean-Charles Houel a dit…

Cher Sébastien, J'ai rectifié l'erreur dans le texte original. Merci de votre lecture attentive.