1 mars 2017

François Fillon fonce dans le mur à toute vitesse et en klaxonnant


François Fillon s’en remet au jugement des Français. Il leur suggère de croire SA vérité qui serait LA vérité (1). Les électeurs doivent, selon lui, faire l’impasse sur l’enquête de la police judiciaire, sur celle des magistrats, sur les articles et reportages des médias…et surtout sur un dossier dont ils ne savent rien. Ou presque rien. 

François Fillon a grand tort de placer le suffrage universel au-dessus des lois communes alors qu’il assure ne pas être considéré comme un justiciable ordinaire. La loi est la même pour tous, puissants ou misérables. J’ai déjà écrit, sur ce blog, le contre sens commis par tous ces politiques «blanchis» (2) par le suffrage. Qui peut croire aux vertus morales et à la probité du couple Balkany à Levallois ou celles de Mme Ceccaldi-Reynaud à Puteaux pour ne prendre que ces deux exemples ? Réélus triomphalement, pourtant, à chaque scrutin local, ces députés, maires, adjoints, conseillers de ceci ou de cela ; apportent régulièrement la preuve des manœuvres ou des actes illégaux qu’ils commettent. Le suffrage universel n’a aucune valeur autre que celle de pourquoi il est fait : répondre aux nécessités de la démocratie participative. Rien de plus. Jamais une voix de citoyen ne remplacera une conduite individuelle irréprochable et digne.

Ainsi, quand bien même le suffrage universel ferait de Fillon le prochain Président de la République, rien n’indique que ce roi de la probité et de l’honnêteté — sur le papier — aurait eu une conduite impeccable ayant valeur d’exemplarité. Le 15 mars prochain, le chef de l’instruction du Pénélope Gate entendra François Fillon « à des fins de mise en examen ». J’ignore ce que le juge décidera, in fine, mais si un juge indépendant, non soumis à la hiérarchie du Parquet, donc, décide de placer François Fillon dans la situation de devoir répondre d’un ou plusieurs délits, cela voudra dire que le dossier d’enquête est consistant et que des indices graves OU concordants permettent de placer l’ancien premier ministre dans la situation d’un vulgaire délinquant. Et s'il en est là c'est, comme disait Paul Bourget, un célèbre écrivain de droite « parce que nos actes nous suivent. »

François Fillon a, par ailleurs, tort d’abuser des grands mots. « Coup d’état institutionnel » « climat de guerre civile » « assassinat politique »…Les boursouflures de style n’ont jamais fait des vérités. Pris qu’il est dans la nasse, le poisson Fillon se débat autant qu’il peut et il continuera tant que ses piles se rechargeront. Tant que ses amis politiques le soutiendront et tant que le noyau dur de la France des nantis l’encouragera à résister. Mais dans la tempête l’esquif ne tiendra pas longtemps.

(1) Sans oublier la vérité de son épouse Pénélope, celle de son suppléant Marc Joulaud et aussi celle de ses enfants et de M. Ladreit de la Charrière. 
(2) Quand ils sont élus !

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Interrogeons nous sur la chronologie des faits datant de plus de 10 ans concernant l'origine du dossier Fillon et de quels sont les autres députés et sénateurs qui sont dans son cas. Pourquoi ce dossier très bien monté par le Canard ne sort que maintenant ?
Une enquête (dans l'enquête) mériterait d'être menée sur ce point, étant donné le contexte électoral actuel. Les journalistes d'investigation du Monde, de Média part, ... jouent-ils aux abonnés absents ? On aurait aimé qu'ils se démènent un peu pour savoir d'où est parti le coup "inopinément", même si on sait bien qu'il ne faudra pas compter sur eux pour sauver le soldat Fillon, juste histoire que les votes qui auront lieu dans quelques semaines puissent avoir lieu "à la loyal", et pas de manière aussi dissymétrique, en se servant des armes de la justice, sans savoir si in fine une accusation en sortira (et pas seulement une mise en examen). On peut réver !