11 février 2016

Marc-Antoine Jamet fait Officier de la Légion d'Honneur par Bernard Cazeneuve


Marc-Antoine Jamet, son épouse Catherine et B. Cazeneuve.
Quel délicieux lapsus. Quand Marc-Antoine Jamet a évoqué, hier soir place Beauveau, face à une assemblée polychrome de droite et de gauche « le monastère de l’Intérieur », bien des sourires se sont affichés sur les visages des invités prestigieux. Ils avaient tenu à être présents à la remise de la Croix d’Officier de la Légion d’Honneur à un homme doté du don exceptionnel de servir à la fois le secteur public et celui de l’entreprise privée. Ne favorisa-t-il pas pendant seize ans les ambitions d’Henri Emmanuelli ou celles de Laurent Fabius avant d’entrer dans la carrière de cadre supérieur au sein d’une des plus florissantes entreprises françaises pour la même durée jusqu'aujourd'hui ?
L’absence de Bernard Arnault fut largement compensée par la présence amicale de Ségolène Royal, ministre de l’environnement et des transports ou celle de Bernard Stirn, éminent conseiller d’Etat, sans omettre celle du maire du Havre venu en voisin et collègue normand. La majorité municipale rolivaloise avait délégué ses meilleurs ambassadeurs présents parmi la foule des membres de cabinets ou d’énarques ravis d’être honorés par procuration.

Officier de la Légion d’Honneur, c’est quelque chose dans la vie d’un homme ou celle d’une femme. Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur parrain du récipiendaire, très à l’aise à l’oral, parlant sans notes ou quasiment, se plut à retracer la carrière d’une intelligence et d’une culture exceptionnelles ainsi que le caractère de quelqu’un peu connu pour son laxisme ou son relâchement. MAJ est ainsi fait qu’il déteste la médiocrité. Il abhorre le laisser aller et ne trouve son compte que dans l’effort et dans l’action. Il y parvient au prix d’un réseau immense, éclectique, ainsi que dans l’accomplissement de tâche impossibles au commun des mortels. Evidemment, cette exigence ne va pas sans fâcher quelques âmes dont il n’obtient pas le pardon. Ainsi va la vie…

Au Jardin d’acclimatation, au sein de la Cosmetic Valley, à la tête du CNED, au CA de la Tour Eiffel, au secrétariat général de LVMH, à la tête de la fédération de l’Eure du Parti socialiste (Eh oui, il est socialiste !) à la direction de la mairie de Val-de-Reuil ou comme ancien vice-président de la Région Haute-Normandie chargé des finances, Marc-Antoine Jamet parsème son parcours de réalisations et d’investissements tantôt favorables aux citoyens, tantôt avantageux pour l’emploi et l’industrie. Farouche militant contre la …contre-façon, il a laissé à la tête de la fédération nationale des fabricants le souvenir d’un  homme opiniâtre et battant capable de faire modifier les lois et les comportements.

Marc-Antoine Jamet est évidemment victime du syndrome Fabius. Trop bourgeois pour être de gauche, trop impliqué dans le monde de l’industrie du luxe pour comprendre le petit peuple. Il ne peut être qu’un lobbyiste ou un faux nez. Beaucoup le décrivent ainsi et considèrent que sa Légion d’Honneur est le produit du copinage. C’est méconnaître la vie et la personnalité du fils de Dominique et de Françoise Jamet. C’est faire preuve d’une vision un peu courte et pour tout dire, idiote. Quand un père est exaspérant à ce point (mais doté d’une immense culture et d’un non moins grand talent de pamphlétaire) quand une mère est comédienne et cultivée à souhait, le rejeton d’une telle union doit briller par lui-même. Il doit être aimé, d’abord, aidé ensuite et enfin conduit à tracer sa route seul au volant au prix, parfois, de quelques excès de vitesse que la maréchaussée lui pardonnera bien volontiers.

Il avait donc fière allure, Marc-Antoine, auprès de son épouse Catherine et de ses enfants trop émus pour pleurer et sans doute trop admiratifs pour le laisser paraître. Nous sommes quelques-uns à apprécier la personne et à chercher à mieux comprendre les compétences multiples de quelqu’un qui ne se laisse pas saisir. Malgré tout son talent, je ne suis pas certain que Bernard Cazeneuve soit parvenu à décrire l’ensemble des qualités de son ami de 25 ans. Tant mieux. On en saura plus quand il sera fait commandeur.

1 commentaire:

Chantal LEGO a dit…

Il n'y a plus rien à dire, beau résumé pour un si grand parcours.
Dominique