12 janvier 2015

Les islamo-fascistes ne passeront pas !

-->
Dans une rue de Paris, hier. (photo GH)
1,3 million de manifestants à Paris, 4 millions en France et 1000 à Beaucaire, ville tenue par le FN et en présence de Marine Le Pen et ses amis frontistes. Elle se consolera comme elle le pourra. Evidemment, me dira-t-on, établir cette comparaison n’a aucun sens. Ni aucune espèce d’importance. On ne mélange pas les serviettes avec les torchons.

Ce qui compte, ce ne sont pas les états d’âme de la responsable du Front national. Le président d’honneur, fondateur du FN, a déclaré : « je ne suis pas Charlie. Je suis Charlie Martel. » Ce qu’on appelle un bon mot est devenu, dans sa bouche ouverte, un gros mot contre les dessinateurs assassinés : « des trotskystes libertaires qui contribuaient à l’abaissement de la morale publique. »

Ce qui compte, c’est ce réveil salutaire, ce sursaut d’indignation de millions de Français et d’étrangers qui, dans notre pays, en Europe et dans le monde entier, ont compris que ce qui s’est joué dans l’attentat au siège de Charlie Hebdo nous dépasse tous et surtout dépasse le cadre de l’hexagone. Plus que la liberté d’expression, essentielle évidemment, les marcheurs d’hier ont voulu défendre la liberté tout court et la laïcité. Les deux piliers de Charlie Hebdo. Mais aussi signifié que le racisme et l’antisémitisme sont des calamités qu’il faut éradiquer.

Dans ces conditions, on se demande bien pourquoi Marine Le Pen voulait tant défiler en hommage à ces morts dont la mémoire est ainsi insultée par un homme (son père) plusieurs fois condamné pour des propos racistes ou incitant à la violence raciste. Qui contribue réellement à l’abaissement de la morale publique ? Jean-Luc Mélenchon a raison de dire que « Marine Le Pen » est un problème pour notre démocratie et les idéaux pour lesquels cette démocratie se bat : la laïcité donc, la liberté d’expression, le droit à l’insolence (que pratique très bien JMLP) et surtout le multiculturalisme qu’exècrent les islamo-fascistes et les partis d’extrême droite.

Ce dimanche 11 janvier fera date dans l’histoire de notre pays. Après tant de morosité, de mépris de soi-même, de défiance, de peur, d’angoisse, des millions d’hommes et de femmes de toutes origines, de toutes les religions, des libres penseurs ont fait bloc pour envoyer un nouveau message au monde : la France de 1789 est éternelle et ce ne sont pas quelques exaltés au cerveau lavé qui lui feront mettre un genou à terre.
Les personnalités défilent aux côtés de François Hollande. (capture d'écran)

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Tout cela c'est très bien �� . Maintenant il faut comprendre pourquoi nous en sommes arrivés la.Une autocritique juste et précise est indispensable . Un attentat a eu lieu à la fin de la semaine dernière en Afrique. La gamine qui portait la bombe n'avait pas 10 ans . Ces gens là sont fous .