23 octobre 2014

L'exclusion ou la coercition ne permettent pas de résoudre un problème politique


Depuis plusieurs semaines, des élus zélés du Parti socialiste, soutiens inconditionnels de Manuel Valls et de sa politique, demandent à l’envi l’exclusion des commissions de l’Assemblée nationale ou, pire encore, du parti lui-même, d’opposants à cette politique ou de militants peu regardants sur le vocabulaire. L’exemple de Gérard Filoche, membre du bureau national du PS, et irrespectueux à l’égard de la mort de Christophe de Margerie, le patron de Total mort accidentellement ( ?) à Moscou, est le dernier avatar d’un comportement peu admissible dans un parti démocratique.
Le fait est que, depuis la nuit des temps, on sait qu’on ne résout pas un problème politique par la sanction ou la coercition. C’est même ce qui différenciait la gauche de la droite, laquelle préfère isoler, marginaliser les opposants ou tout simplement les réduire au silence.
Le problème posé au Parti socialiste et à sa direction est finalement assez simple : comment accepter que des positions antagonistes continuent de s’affirmer au sein de la même organisation ? Quand j’entends des élus de haut rang en appeler au « pragmatisme » (Valls) au « bon sens » (Leroux) au « modernisme » je m’inquiète. Car ces mots vides de sens ne font pas une politique.
La seule façon de résoudre un conflit devenu plus que latent — les votes récents des frondeurs et des écologistes le démontrent — est d’organiser un congrès, du moins pour les socialistes. C’est la seule façon de connaître la pensée majoritaire des militants dont on devine, depuis la primaire pour la présidentielle, qu’elle ne compte plus vraiment aux yeux des gouvernants. D’où les hésitations de Jean-Christophe Cambadélis et de François Hollande. Car le président ne peut se désintéresser de ce qui se passe au sein du principal parti de la majorité. Les prochaines élections cantonales serviront de sondage grandeur nature permettant de connaître l’avis des Français (et de la gauche) à l’égard de la politique suivie. Je sais aussi qu’on en appellera au temps long. Mais sans troupes, un général ne peut gagner la guerre à lui tout seul. Et le PS perd chaque jour de nombreux militants !

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Les différentes synthèses de F Hollande pendant 10 ans,l'élection de M Aubry en 2008 pas forcement trés claire suivie de la nomination de H Desir et de J C Cambadelis ; tout cela ajouté au refus total d'une situation économique catastrophique donne ce genre de situation. Ce foutoir dans les 2 partis de gouvernement ' PS et UMP est extrêmement inquiétant.