8 octobre 2014

Comment l'industrie du tabac fait pression sur les députés européens en pratiquant l'art du « copier-coller »

-->
Tous les députés européens (hommes et femmes) sont épiés, surveillés, fichés par le lobby des fabricants de tabac. L’émission Cash investigation, sur France 2 hier soir, nous a décrit un paysage bruxellois ravagé par ces commerciaux redoutables prêts à tout pour empêcher le vote de directives gênantes pour la vente de cigarettes, de cigares et autres tabac en vrac dans l’Union européenne.
Elise Lucet et son équipe d’enquêteurs ont réussi à se procurer un recueil de 600 pages rédigées par le groupe Philip Morris et contenant tous les objectifs, les moyens, les techniques de l’immense entreprise américaine ainsi que le fichier des députés assorti de commentaires plus ou moins agréables en fonction des votes et des déclarations publiques des honorables élus.
L’attitude des député(e)s ne dépend d’ailleurs pas de leur étiquette. Il se trouve — est-ce un hasard ou la loi du nombre — que les députés les plus directs et les plus favorables à Philip Morris se recrutent à l’UMP. Le député Franco, ex-député français, est même une caricature. Il explique simplement, sans mesurer réellement l’aberration de ses propos, qu’il propose au vote de ses collègues des amendements rédigés par les industriels du tabac car cela lui fait gagner du temps après qu’il a constaté, grosso modo, qu’il était d’accord avec le contenu. Un autre ex-député UMP, M. Aubry, a oublié qu’il avait proposé des copiés-collés des amendements des mêmes industriels sous prétexte qu’il est contre toutes les interdictions. Il raconte que rien ne peut empêcher un être humain qui veut passer à l’acte de le faire. Si quelqu’un veut fumer qu’il fume. S’il court de risque de mourir d’un cancer ou d’un infarctus, c’est son problème. Quand l’intervieweur lui parle de santé publique et du devoir d’un élu de défendre l’intérêt général et la prévention et non l’intérêt de l’industrie du tabac, il botte en touche…
Mieux même, lors de l’interview d’un responsable de Philip Morris, l’homme emploie 28 fois le mot de maladroit : « Je ne nie pas que ce commentaire soit maladroit ». Il s’agit d’une remarque « maladroite. » Le tout à l’avenant. On n’est pas étonné d’apprendre que certains (qui ?) avancent l’idée qu’inciter les gens à fumer permet d’économiser sur le versement des retraites puisqu’un fumeur sur deux mourra autour de 60-65 ans ! Quel cynisme.
Le lobby du tabac n’est qu’un lobby parmi d’autres. Les députés Franco et Aubry justifient la présence de ces professionnels au Parlement européen au nom de l’information : « nous sommes mieux informés après les avoir rencontrés qu’avant. » Le reportage ne dit pas — peur d’un procès ? — quel intérêt personnel (s’ils en ont un) ont les députés favorables aux marchands d’un produit sur lequel il est écrit : « fumer tue. » Il n’empêche que l’adoption d’une directive sur les paquets dits neutres a été rejetée grâce aux amendements des députés de…Philip Morris ?

1 commentaire:

calmon jacques a dit…

D'aprés ce même reportage,édifiant,le tabac rapporterai 16/17 milliards en taxes mais coûterai 76 milliards à l'assurance maladie...étonnant,non!!!