10 septembre 2014

Je me déclare atteint de la phobie des députés phobiques face au paiement de leurs impôts et loyer


Thomas Thévenoud, le phobique des actes administratifs.
Faut-il pleurer, faut-il en rire ? L’affaire Thomas Thévenoud qui arrive à l’un des pires moments du quinquennat de François Hollande pourtant déjà très bien doté en mauvaises nouvelles nous en apprend plus sur les mœurs de certains élus que toutes les enquêtes journalistiques abondantes de ces derniers mois. M. Thévenoud est nommé ministre. Neuf jours après sa nomination, il est « démissionné » par Manuel Valls qui vient d'être informé que ce membre de son gouvernement n’a pas payé ses impôts (et ceux de sa femme) pendant trois ans. On sait depuis, grâce au Canard enchaîné, qu’il ne payait pas non plus le loyer de l’appartement qu’il occupe dans le 5e arrondissement de Paris.
M. Thévenoud est redevenu député grâce à une loi permettant aux anciens ministres de retrouver leur siège au Palais Bourbon. Pas député socialiste, son ancien statut, mais député non inscrit, le premier secrétaire du PS ne désirant pas « récupérer » une brebis galeuse.
Pour sa défense, M. Thévenoud déclare souffrir d’une névrose peu courante dans le vocabulaire psychiatrique : la phobie des actes administratifs. Ne cherchez pas dans les dictionnaires médicaux, cette phobie est extrêmement rare et elle ne sévit que dans certaines contrées d’un certain pays appelé la France. Cette phobie est même contagieuse puisque l’épouse de M. Thévenoud, chef de cabinet du président du Sénat (il vient de la congédier) était frappée du même mal. Heureusement, c’est un mal dont on ne meurt pas, sauf politiquement.
M. Thévenoud affirme avoir suivi une thérapie de choc le conduisant à régulariser sa situation fiscale et son état de locataire. Il a subi la peine ordinaire avec les intérêts et les pénalités attenantes. C’est quand même mieux que les effets de tous ces antidépresseurs et ces anxiolytiques que Mme Trierweiler dit avoir avalés quand elle a vu la photo de son amant casqué dans Closer.
Moi-même, je peux comprendre M. Thévenoud. Je viens de me rendre compte que j’étais également atteint d’une phobie rarissime. J’ai la phobie des élus atteints de la phobie des actes administratifs. Je conseille à tous les mauvais payeurs, tous les corrompus, tous les corrupteurs, tous les planqués et tous ceux qui trompent le fisc et pratiquent l’évasion fiscale d’invoquer cette maladie. Même si elle n’exonère pas des peines prévues par la loi, elle leur permettra peut-être de bénéficier de circonstances atténuantes ?

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Heureusement pour cet illustre personnage le ridicule ne tue pas non plus