6 janvier 2014

« Vous n'imaginez pas tout ce que Citroën peut faire pour vous »


Une fois de plus c’est le site d’informations Médiapart qui nous apprend un fait vieux de quelques mois mais non porté à la connaissance du public. Une brigade de sécurité de la SNCF s’est livrée, semble-t-il pendant des années, à des agressions verbales, voire physiques, de type raciste, notamment à l’égard de passagers maghrébins. Il a fallu que des destinataires de SMS et de messages outranciers alertent le déontologue de la compagnie de chemin de fer pour que cette scandaleuse attitude soit mieux connue dans le milieu des cheminots. Et au dehors. Et comme il ne semble pas que la direction de la SNCF se soit réellement inquiétée de ces déplorables agissements, j'ai demandé à François Loncle, député, de poser une question écrite au ministre de l'Intérieur et à celui des transports afin de savoir s'ils comptent agir pour sanctionner les auteurs de ces « blagues » racistes et de ces comportements en contradiction avec leur devoir.
Sans entrer dans les détails des propos tenus par ces racistes « ordinaires » sachez qu’ils véhiculaient des blagues d’un très mauvais goût du genre : « trois jeunes maghrébins tués dans l’accident de leur Picasso…deux ratons meurent dans l’accident de leur Saxo…Vous n’imaginez pas tout ce que Citroën peut faire pour vous ! » Et le reste à l’avenant.
Je suis de ceux qui pensent qu’il ne faut pas laisser un poil de sec à ces racistes à la petite semaine. Ils véhiculent des idées putrides, des pensées rebutantes. C’est avec des gens comme ceux-là qu’un Dieudonné peut tromper son monde, qu’un Faurisson répand des énormités mensongères, qu’une Le Pen fait son miel (produit noble s’il en est) sur le dos des minorités, quelles que soient la couleur de la peau, la religion, ou la situation sociale.
Daniel Schneiderman, dans une tribune parue dans Libération, affirme qu’on ne viendra pas à bout de ces idées « morbides et mortelles » (1) par l’anathème moral ou l’interdiction des spectacles de Dieudonné l’insolvable.
Par l’éducation, la connaissance et la reconnaissance, le dialogue, chacun d’entre nous est apte à comprendre l’inanité de ces théories d’un autre âge. Il faut sans cesse le répéter, le diffuser : le racisme ne passera pas ! Les leçons de l’histoire peuvent nous aider dans cette tâche mais le travail essentiel doit se faire dans les familles, dans leur ouverture d’esprit et leur compréhension du monde.
Dans l’attente d’une évolution forcément lente, on attend donc de nos gouvernants qu’ils poursuivent sans relâche tout propos, tout geste, toute attitude dont il est prouvé que le racisme ou la xénophobie en est la motivation.
(1) expression de Christiane Taubira.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Attention Jean-Charles, l'humour noir a-t-encore droit de cité? Souviens toi que le Charlie-Hebdo de la grande époque avait mis en place une rubrique "ceux qu'ont rien compris"pour fustiger les lecteurs qui prenaient au premier degré Wolinski, Cavanna, Reiser, etc.Bedos n'a-t-il pas cessé de jouer son sketch "Marrakech"parce que certains applaudissements lui avaient semblé ambigus? Desproges pourrait-t-il encore entrer en scène en disant:"on me dit que des juifs se sont glissés dans la salle?".Bref, peut-on encore rire de tout, mais pas avec n'importe qui?
Gerard Morand