13 janvier 2014

Si j'étais président de la République, je prendrais l'initiative dès aujourd'hui…


Si j’étais président de la République, je n’attendrais pas demain mardi à 16 h 30, pour expliquer ma situation affective. 
Maintenant que toute la presse s’est emparée de l’éventuelle liaison de François Hollande avec Julie Gayet, se pose le cas de sa compagne actuelle, Valérie Trierweiler, hospitalisée vendredi pour un gros coup de blues. Il est bien évident que Mme Trierweiler, première dame, disposant d’un bureau, d’un secrétariat, d’une administration personnelle payés par les fonds publics, François Hollande ne peut plus évacuer le problème d’un revers de main et s’abriter derrière la nécessité de la protection de la vie privée. Prendre les devants lui permettrait de se consacrer à l'avenir économique et social du pays lors de sa conférence de presse, c'est ce que lui demandent nos concitoyens.
Si j’étais président de la République, je prendrais l’initiative. Je préciserais clairement aux Français que les affaires publiques et la politique de la France ne sont pas du tout impactées par une liaison amoureuse. J’ajouterais que malgré la douleur et la souffrance de toute séparation, celle-ci est inéluctable pour l'un et pour l'autre. J’enchaînerais en demandant aux médias de respecter la vie privée du président, de son ex-compagne et de sa nouvelle amie.
C’est évidemment un pari. Le pari de l’intelligence des situations. Le pari que les Français sont suffisamment adultes pour comprendre que les couples se font et se défont, que toute histoire — même belle et passionnée — évolue, se modifie, se termine mal parfois. Il n’y a rien là que de très banal et de très…normal.
Il s’est, malheureusement, trouvé un Jean-François Copé, président de l’UMP, pour considérer que l’attitude de François Hollande porte préjudice à la fonction présidentielle. Copé lui-même a divorcé en 2007 d’une femme avec laquelle il avait eu trois enfants. Depuis il s’est remarié et a eu un enfant avec sa nouvelle épouse. Vive les familles recomposées ! Il en avait évidemment le droit mais alors, est-il le mieux placé pour juger du comportement des autres hommes et femmes, des autres hommes et femmes politiques bien sûr, qui ne sont pas non plus épargnés (pourquoi le seraient-ils d’ailleurs) par les peines de cœur ? Copé est d’autant plus mal placé qu’il était aux côtés de Nicolas Sarkozy lors de sa séparation avec Cécilia et qu’il a pu juger du caractère irrationnel et compliqué des relations humaines. S’il a voulu faire un coup politique, c’est un coup d’épée dans l’eau.
Si j’étais président de la République, je publierais donc dès aujourd’hui un communiqué officiel mettant les points sur les i et les barres aux t.

1 commentaire:

José Alcala a dit…

Jean-Charles
Il n'y a pas de statut de "Première Dame", en France, y compris pour un Président marié. c'est une manie d'une partie de la presse nationale que de l'affirmer...
Localement, un blog de droite extrême, fait ses choux gras de cette affaire, avec des propos orduriers envers le Président de la République. Ces Pinochets, aux petits pieds, vont jusqu'à faire des comparaison avec DSK, au lieu de nous parler de Giscard, Mitterrand et Chirac, qui avaient défrayé la chronique sur le même thème à l'époque. Personnellement, je pense que c'est une affaire privée dès l'instant où elle n'a aucune emprise sur l'action publique. Exception faite pour François Mitterrand qui logeait sa 2ème famille dans des locaux de l'Etat.