25 février 2012

« La loi sur les parrainages est injuste et antidémocratique »


« Retour en arrière, c’est Giscard qui a pondu ce petit bijou : on était alors passé de 100 signatures anonymes à 500 publiques. La gauche unie autour du Programme commun  n’avait pas manqué de protester. Mais cela n’avait pas empêché le PS, avant 1981, de menacer  d’exclusion les maires qui signaient pour quelqu’un d’autre que Mitterrand (le PCF excluait lui pour un cheveu qui dépassait). C’est ainsi que Bernard Amsalem, alors maire de Val-de-Reuil, avait  été contraint de se dédire, tandis que Jean Récher, maire de Saint-Pierre-du-Vauvray, avait maintenu le cap… sans suites négatives. L’argument était alors qu’il ne fallait prendre aucun risque pour chasser Giscard, mais que bien sûr la loi serait abrogée ensuite. 30 ans après, non seulement cette loi est toujours là, mais il se trouve des responsables du PS comme Marc-Antoine Jamet ou Richard Jacquet, et du PCF comme Gaëtan Levitre pour la justifier en tout ou partie. Ainsi, ils sont tous trois contre l’anonymat, ce qui dans les conditions actuelles revient à légitimer l’hégémonie des formations qui ont beaucoup d’élu-e-s. 
Pourtant, est-il juste qu’un parti comme le nôtre, qui s’est présenté plusieurs fois, soit obligé de consacrer 100 000€ et des dizaines de milliers d’heures de militant-e-s à battre la campagne pour simplement avoir le droit de faire entendre sa voix ?
Ce sont les électeurs qui devraient décider qui peut participer au débat et au suffrage universel. L’appui d’un certain nombre d’entre eux (50 000 ?), dûment enregistrés sur une pétition officielle, serait un seuil qui éliminerait les candidatures fantaisistes, et que pour notre part nous aurions  franchi depuis longtemps. Ce n’est en rien aux maires des petites communes de porter une telle responsabilité.
Nous sommes aujourd’hui à près de 470 promesses de signatures, et nous en remercions particulièrement les élu-e-s démocrates de notre proche région. le nombre de candidats à gauche est plus faible cette année que lors des élections précédentes et nous sommes le seul courant à se trouver sur le fil du rasoir.
Et finalement, la question qui se pose maintenant ne serait-elle pas celle de la légitimité de Philippe Poutou comme candidat ? Cette question, nous la posons à François Hollande, à Eva Joly et Jean-Luc Mélenchon. Ils ont en effet les moyens, par souci démocratique, de  débloquer les quelques dizaines de signatures qui sont nécessaires à la présentation du premier ouvrier candidat à l’élection présidentielle. En tout cas, si vous connaissez des maires…»


Pierre Vandevoorde, NPA

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Pour en rajouter une couche, je dirai que si les élus de gauche, PS, PCF, EELV sont cohérents avec eux-mêmes, démocrates,et s'ils sont pour que le NPA puisse exprimer pendant la campagne présidentielle "son identité propre" comme l'a dit Olivier Besancenot, ils peuvent nous aider à recueillir les 40 parrainages qui nous manquent. Que ce soit sur le localité ou nationalement, nous ne nous sommes jamais dérobés à notre responsabilité et notre engagement : battre Sarkozy est un impératif! Mais pour cela, faut qu'on soit dans le débat, qu'on fasse campagne.
Sophie Ozanne