8 décembre 2011

Les étrangers doivent bénéficier du droit de vote aux élections locales

Claude Guéant, ministre de l'Intérieur, a mis le temps (10 jours) mais il a enfin corrigé sa bévue et sa déclaration provocatrice. Souvenons-nous. Il avait déclaré que les socialistes en proposant d'accorder le droit de vote aux étrangers aux élections locales allaient permettre à des étrangers (hors UE) de devenir maires en Seine-Saint-Denis par exemple. Il s'agissait d'une contre-vérité flagrante. La proposition de loi des socialistes indique très précisément que les étrangers pourront voter aux élections locales mais ne pourront pas devenir ni maire ni adjoint ni voter aux élections sénatoriales. Claude Guéant avait mal lu le texte des socialistes ou, ce que je crois, avait tenu à répandre une rumeur dont il imaginait mal les conséquences médiatiques. Face aux protestations légitimes des auteurs du texte et à tant de mauvaise foi unanimement constatée, Guéant a fait marche arrière. Ce ne sera pas la dernière fois.

Toujours est-il que le Sénat va examiner, aujourd'hui, le texte des sénateurs socialistes et ceux classés à gauche qui pourrait, s'il était adopté dans les mêmes termes par l'Assemblée nationale, promulgué par le président de la République et soumis à référendum ou au Congrès, autoriser les étrangers présents en France depuis plus de 10 ans dans des conditions régulières, à désigner leurs élus locaux.
Il s'agit d'une vieille revendication de la gauche, tous partis confondus. Il s'agit aussi d'une proposition qu'en d'autres temps, Nicolas Sarkozy a soutenu, jugeant légitime cette forme d'intégration citoyenne.
Depuis, le Front national est devenu ce qu'il est aujourd'hui et Sarkozy, une fois de plus, se renie. Il juge cette proposition de loi « hasardeuse » tandis que la droite populaire (populiste) assure que le droit de vote doit être lié à la nationalité. L'obsession de l'influence de Marine Le Pen sur le vote ouvrier conduit donc l'UMP à se droitiser à outrance. Le fait que François Fillon ait décidé de contrer la gauche au Sénat sur cette proposition exprime d'ailleurs bien l'enjeu électoral en cours. Cet après-midi, Le Front de gauche, Europe-Écologie Les Verts, les associations de soutien aux travailleurs étrangers, manifesteront non loin du Sénat pour exprimer leur soutien à cette proposition de loi. Ils feront face aux soutiens du FN dont je souhaite qu'ils soient peu nombreux. la proposition socialiste est non seulement légitime, elle est aussi la condition d'un meilleur, comment disent-ils déjà…vivre ensemble !

1 commentaire:

Bernard Parisot a dit…

Oui, Jean-Charles, les étrangers doivent voter, et ce n'est pas moi qui dirais le contraire, engagé comme je le suis dans une organisation qui soutient cette revendication depuis plus de 30ans.
Mais franchement, comment pouvoir espérer qu'après un vote positif du Sénat, l'Assemblée, en majorité hostile, confirme cette ouverture ? Soyons réalistes. Ce n'est pas encore pour cette fois. Il faut d'abord foutre dehors tout ce beau monde...