29 mars 2011

Visite de quartier au pas de course

L'exactitude est la politesse des rois mais certainement pas celle du maire de Louviers que les habitants du quartier Logirep ont attendu trente minutes aujourd'hui avant que sa majesté écrêtée daigne rendre visite aux manants. Le rendez-vous, fixé par le maire, à 17 heures, a été repoussé à 17 h 30, le temps pour ce dernier de descendre de sa limousine, de serrer quelques mains sélectives et de tourner le dos à la personne riveraine de la route de Pacy qui avait osé lui poser une question sur l'avenir du diagnostic sécurité dans cette rue. Décidément, ce maire demeure un grossier personnage. Il suffit que des « opposants » — même habitants du quartier — soient présents à ses promenades pour que Monsieur fasse du boudin. Les opposants habitent à Louviers, paient leurs impôts à Louviers et s'intéressent à l'avenir de leur quartier…à Louviers. Un peu de maturité que diable !

Le carrefour de la route de Paris avec la route de Pacy pose problème depuis des années. Il est bel et bon que la mairie et le conseil général (pour ce qui le concerne) souhaitent y modifier les conditions de circulation et y améliorer la sécurité de tous : piétons, cyclistes, automobilistes. Le maire ne disposant pas des plans d'aménagement et le directeur des services techniques souhaitant apporter des éclairages concrets nous ont donné rendez-vous à la réunion de quartier organisée à l'école du Hamelet au début du mois d'avril. Je communiquerai la date et l'heure en leur temps. Il serait bien que les habitants soient présents en nombre pour mieux connaître les travaux et changements envisagés.

Un détail encore. Pour ce qui concerne les projets routiers du quartier, le maire a invité l'assistance à interroger Leslie Cléret, réélue conseillère générale du canton nord « qui découvrira le dossier ». Il se trouve que notre quartier est situé dans le canton sud dont l'élu est Guy Auzoux. La victoire des unes fait la grise mine des autres.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Deux personnes de la route de Pacy, 4 personnes des Chalandons, ça fait pas grand monde pour accueillir le seigneur des lieux en visite sur ses terres. Je ne compte pas Gérard , Jean Charles, Claude et moi puisque, selon sa seigneurie, nous ne sommes pas des Lovériens, des contribuables, des citoyens comme les autres, nous sommes, j'ose à peine le dire, des politiques. Oh! le vilain mot! Nous avions décidé de venir voir quelle tournure prend une visite de quartier avec l'équipe municipale. Pour voir, on a vu. Le maire se pavane, ricane, fait le mariole, ne tient aucun compte de ce que lui disent les rares personnes qui n'ont pas renoncé à lui parler, même si elles savent que ça ne sert à rien. Il n'y a qu'à entendre les phrases comme " on vous l'a déjà dit l'an dernier monsieur le maire", pour savoir que le maire n'a que faire de la parole des riverains. Plus choquant : à quelqu'un qui remarque que les racines des arbres soulèvent par endroit le bitume, le maire rétorque qu'il va faire planter des arbres en plastique pour régler le problème. Si ce n'est pas mépriser les gens, ça ! Monsieur Yakmoi a donc visité ses sujets. C'est ce qu'il appelle la démocratie participative. Minable!
Sophie Ozanne